BFMTV

 "Le consensus, c’est Pétain": Didier Raoult étrille le Conseil scientifique

Le professeur Didier Raoult. - AFP

Le professeur Didier Raoult. - AFP - -

Le controversé infectiologue marseillais avait été nommé au Conseil scientifique réuni autour d'Emmanuel Macron. Il l'étrille désormais dans une interview à Paris Match, avant la diffusion d'un long entretien ce jeudi soir à 20h30 sur BFMTV.

Il avait claqué la porte fin mars. Le controversé professeur Didier Raoult, fervent défenseur de l’usage de l’hydroxychroloquine pour traiter les malades du Covid-19, étrille le Conseil scientifique dont il était membre à ses débuts. 

"On ne peut pas mener une guerre avec des gens consensuels. Le consensus, c’est Pétain. Insupportable. On ne peut pas décider de cette manière. Ces personnes ne savaient pas de quoi elles parlaient!", dénonce-t-il dans une interview à Paris Match publiée ce jeudi, jour de la diffusion d’un autre entretien, sur BFMTV, à partir de 20h30.

"Chacun poussait ses billes en avant", poursuit-il. "Il fallait faire plaisir, représenter l’Institut Pasteur, l’Inserm, etc. Il n’y a rien de fiable scientifiquement là-dedans."

La prudence de la communauté scientifique

Début avril, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, avait indiqué sur BFMTV ne pas vouloir "rentrer dans la polémique" avec le professeur Raoult.

"Les données qu’il y a sur la chloroquine font l’objet d’une série de controverses et de discussions", expliquait-il, notamment sur "les modalités" des essais menés par l’infectiologue marseillais, contestées par de nombreux scientifiques.

Dans plusieurs pays, les autorités sanitaires ont mis en garde sur l’usage de la chroloquine ou de ses dérivés pour le traitement des malades du coronavirus. Les effets bénéfiques de la choloroquine et de l'hydroxychloroquine n'ont "pas encore été démontrés", indiquait encore récemment l'Agence européenne des médicaments (EMA), évoquant également de potentiels "effets secondaires graves" voire "fatals".

Mathieu Dehlinger