BFMTV

"La vraie vague de Delta est maintenant": Delfraissy appelle à "serrer les boulons" sur les gestes barrières

Le médecin à la tête du Conseil scientifique a également réaffirmé, face à la Commission des lois de l'Assemblée nationale ce mercredi, la nécessité de l'injection d'une dose de rappel contre le Covid-19.

Si le variant Omicron du Covid-19 concentre l'inquiétude des autorités sanitaires et gouvernementales, Jean-François Delfraissy a enjoint ce mercredi à ne pas croire que la cinquième vague, liée au variant Delta, fait partie du passé. Auditionné par la Commission des lois de l'Assemblée nationale, le président du Conseil scientifique a réaffirmé que la flambée actuelle des cas était bien due au variant Delta, dont "la vraie vague est maintenant".

"C’est le même variant Delta qu’en juin, il n’a pas muté. Cela survient maintenant à cause des conditions météo qui nous font vivre plus souvent à l’intérieur. La France a été touchée plus tard que d’autres pays, notamment que l’Allemagne. L’ensemble des pays européens sont touché, à part l'Espagne et le Portugal, à cause d’un niveau de vaccination élevé, et l’Italie, mais elle est en train de nous rejoindre", a détaillé Jean-François Delfraissy.

Au cours des dernières 24 heures, la France a ainsi enregistré 47.000 nouveaux cas de contamination du Covid-19, un niveau qui n'avait plus été observé depuis la troisième vague, au printemps 2021. Par ailleurs, le pallier des 10.000 malades entrés à l'hôpital a également été franchi ce mardi.

"Cette vague est extrêmement rapide et s’est accélérée dans les trois dernières semaines", a analysé le médecin.

La nécessité des gestes barrières et du rappel vaccinal

Les réponses données afin de livrer bataille contre ce sursaut épidémique sont néanmoins déjà connues, rappelle Jean-François Delfraissy. Face aux élus, le leader du Conseil scientifique a souligné la nécessité de poursuivre l'utilisation des gestes barrières et de déployer une vaste campagne de rappel vaccinal. Des mesures de prévention similaires seront aptes à contrecarrer les effets du variant Omicron, selon le médecin.

"La réponse à la cinquième vague et la réponse à ce variant est la même. C'est, premièrement, être capable de diagnostiquer. Deuxièmement, être capable de vacciner avec une injection de rappel. Troisièmement, et j'insiste, il est fondamental de rappeler que les mesures de protections individuelles et les mesures de protection globales peuvent avoir un impact sur l'impact qu'il y aura sur le système de soins et l'occupation des lits", a-t-il détaillé.

Et d'ajouter: "Serrons un peu les boulons sur les gestes individuels pour éviter de revenir dans des contraintes qui seraient beaucoup plus fortes".

L'Institut Pasteur a lancé un appel similaire ce mercredi à destination de la population, notamment dans la perspective des festivités de Noël. En France, le taux d'incidence a désormais franchi la barre des 300 cas pour 100.000 habitants ce mardi.

Hugo Roux