BFMTV

La vague de froid va-t-elle entraîner une augmentation des cas de Covid-19?

D'après les premières observations cet automne, le Covid-19 aime le froid. Mais les températures glaciales annoncées cette semaine ne joueront pas forcément en sa faveur.

Une vague de froid va s'installer pour quelques jours dans une grande partie de l'Hexagone, avec des températures négatives attendues, notamment dans le nord du pays. Une météo qui intervient en pleine campagne vaccinale, alors que les indicateurs français concernant le Covid-19 sont plutôt stables, mais sur un plateau assez élevé, avec plus de 3000 personnes en réanimation.

Or, depuis les premiers rafraîchissements de l'automne 2020, un lien entre circulation du Covid-19 et températures a été remarqué. "Plus il fait froid, et plus on voit circuler le virus", souligne sur BFMTV ce mardi le médecin Jacques Battistoni, président du syndicat des Médecins Généralistes MG France.

"Inversement durant l'été, on avait moins de virus manifestement, et les épidémiologistes pensent que c'est parce que le virus se plaît bien quand il fait froid", explique-t-il.

Un virus qui aime le froid (mais pas trop) et l'humidité

Plusieurs études ont été réalisées sur le sujet. Dernièrement, l'Institut Pasteur a publié une pré-étude dans laquelle il montre "une dépendance importante de la transmission du SARS-CoV-2 à la météo" et au climat. L'institut note ainsi une augmentation de 0,16 du R0 pour chaque degré perdu sous une température moyenne de 10°C.

Mais sous le zéro degré, la dynamique de la propagation semble changer, selon une étude publiée fin 2020 par la Société Predict Service.

"Lorsqu'il fait très froid, moins de trois degrés, les goutelettes ont tendance à tomber au sol", et donc à moins être disséminées, expliquait en décembre le ministre de la Santé Olivier Véran sur France 5. "Lorsqu'il fait entre 3 et 17 avec un taux d'humidité particulier, ce que nous disent les études scientifiques, c'est que là les conditions de transmission sont réunies".

Outre les températures basses, le taux d'humidité va également contribuer à la propagation du Covid-19.

"En gros quand l'air est très humide, les goutelettes qui transportent le virus ont tendance à monter et à se disséminer, lorsque l'air est très sec, les goutelettes qui transportent le virus tombent au sol", détaillait encore Olivier Véran.

Lieux clos et fragilité de l'organisme

Outre les considérations météorologiques, les comportements humains par temps froid peuvent également influencer la diffusion du coronavirus.

"Lorsqu'il fait froid on aère moins, on reste plus à l'intérieur, dans des endroits fermés où l'air n'est pas renouvelé, et donc on a plus tendance à s'exposer aux contaminations", explique sur BFMTV l'épidémiologiste Pascal Crépey.

"Et le deuxième élément c'est qu'en période de froid, nos organismes sont un peu plus fragilisés, et donc on est potentiellement un peu plus à risque d'attraper des infections", ajoute-t-il.
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV