BFMTV

La France entière désormais concernée par le couvre-feu à 18 heures

Un policier vérifie une attestation le 5 janvier 2021 à Metz, placé sous couvre-feu à partir de 18h00

Un policier vérifie une attestation le 5 janvier 2021 à Metz, placé sous couvre-feu à partir de 18h00 - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN © 2019 AFP

Le couvre-feu est avancé de deux heures, passant de 20h à 18h, sur tout le territoire à partir de ce samedi et pour au moins quinze jours.

C'est un passage à l'heure d'hiver particulier: la France avance samedi de deux heures le couvre-feu, dorénavant fixé à 18 heures sur l'ensemble de son territoire, dans une course contre la montre pour vacciner la population et tenter d'enrayer l'épidémie de Covid-19. Déjà en vigueur dans 25 départements, le couvre-feu à 18 heures est étendu à l'ensemble du territoire métropolitain à "partir de ce samedi et pour au moins 15 jours", a annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex.

Car le nombre de cas reste élevé avec 21.217 confirmés en 24 heures vendredi, et environ 20.000 nouveaux comptabilisés chaque jour depuis le début de l'année, bien loin des 5000 espérés à la mi-décembre par le gouvernement, selon Santé publique France. Les dérogations restent les mêmes qu'auparavant (déplacements professionnels, pour un rendez-vous médical, pour un motif impérieux...) mais les commerces vont devoir baisser le rideau à 18 heures.

Un avancement du couvre-feu qui n'exclut pas un troisième confinement

Une mauvaise nouvelle de plus pour le secteur, à quelques jours du début des soldes. Pour les restaurants également, fermés jusqu'à mi-février et qui essaient de surnager grâce aux ventes à emporter.

Face à la menace de nouveaux variants plus contagieux du coronavirus, il s'agit pour le gouvernement de "réduire encore davantage les contacts sociaux sur les heures de fin de journée". Les écoles resteront ouvertes mais les activités sportives scolaires et périscolaires en intérieur sont suspendues et le protocole sanitaire dans les cantines sera renforcé. Et l'avancement du couvre-feu ne met pas à l'abri d'un nouveau confinement "si nous constatons une dégradation épidémique forte", a prévenu Jean Castex.

R.V. avec AFP