BFMTV

Kate Middleton enceinte: focus sur l'hyperémèse, le trouble dont souffre la duchesse

Le duc et la duchesse de Cambridge le 30 juillet 2017 en Belgique

Le duc et la duchesse de Cambridge le 30 juillet 2017 en Belgique - John Thys-AFP

Un heureux événement pour les Windsor. Le duc et la duchesse de Cambridge attendent leur troisième enfant. Mais la grossesse de Catherine Middleton s'annonce compliquée: elle souffre de graves nausées.

La famille royale va s'agrandir. La duchesse de Cambridge est enceinte de son troisième enfant après George, âgé de 4 ans, et Charlotte, 2 ans. Kensington Palace, la résidence du couple princier, a officiellement annoncé le prochain heureux événement ce lundi sur son compte Twitter.

Nausées et violents vomissements

Mais comme ses deux précédentes grossesses, les prochains mois de Catherine Middleton ne seront pas de tout repos. Le palais l'a précisé dans un communiqué: la jeune femme de 35 ans souffre d'hyperémèse gravidique. Un trouble qui se caractérise par des nausées et de violents vomissements quotidiens.

Les autres symptômes liés à ce trouble sont une incapacité à manger ou à boire sans vomir -ce qui peut entraîner une importante perte de poids- des douleurs abdominales, des troubles du sommeil et une forte fatigue. Dans le même communiqué, Kensington Palace a ainsi annoncé l'annulation du déplacement de la duchesse qui était prévu dans la journée dans un centre de loisirs pour enfants.

Hospitalisation et calme absolu

Un trouble de la grossesse qui peut devenir pathologique, ces vomissements pouvant conduire à un risque de déshy­dra­ta­tion et de malnu­tri­tion.

"Cela nécessite alors une hospitalisation et le calme absolu. La femme enceinte est alors perfusée, placée à l'isolement et mise à la diète en attendant que les vomissement s'arrêtent", explique pour BFMTV.com François Boyer de Latour, gynécologue-obstétricien et vice-président du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France. "Mais en général on sait bien traiter cela."

Lors de sa première grossesse, Catherine Middleton avait dû être hospitalisée. Le médecin remarque cependant que ce sont souvent les femmes fragiles psychologiquement, déracinées ou en grandes difficultés qui sont les plus touchées. Mais pour Philippe Deruelle, professeur de gynécologie au CHRU de Lille, c'est un phénomène hormonal plus que psychologique. 

"À une époque, en France, on pouvait évoquer le facteur psychologique pour expliquer ce trouble, indique-t-il pour BFMTV.com. Aujourd'hui, si certaines situations peuvent avoir un contexte exceptionnel, avec l'accès à la contraception et à l'IVG, c'est moins le cas."

Une perte de poids d'au moins 5%

Si, comme le rappelle Philippe Deruelle, également secrétaire général du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, une femme enceinte sur deux souffre de nausées lors du premier trimestre de sa grossesse, rares sont celles à souffrir d'hyperémèse gravidique: cela ne concerne que quelques pourcents des grossesses.

"Cela devient pathologique lorsque la santé de la femme est altérée. Ces patientes peuvent être hospitalisées lorsque l'intolérance alimentaire est totale et qu'il y a une perte de poids de plus de 5%, voire de 10%. Il faut alors casser le cercle vicieux lié au jeûne."

Un trouble qui peut avoir des conséquences mineures sur le fœtus. "Parfois, le bébé est plus petit à la naissance, mais cela est surtout le cas si la femme n'a pas pris assez de poids", ajoute le spécialiste. Mais que la famille royale se rassure. "Dans la plupart des cas", précise le médecin, "cette maladie ne met pas en danger la santé de la mère ou de l'enfant." Ce que confirme François Boyer de Latour.

"Ce n'est pas grave, mais je pense que ce n'est pas simple de porter le futur roi, quand toutes les caméras du monde sont tournées sur votre ventre alors que cela devrait être un moment intime et calme."

Céline Hussonnois-Alaya