BFMTV

Johnson & Johnson, proches de personnes immunodéprimées: les nouveautés de la vaccination

Un homme est vacciné contre le Covid-19 dans un centre de vaccination à Montpellier le 15 avril 2021

Un homme est vacciné contre le Covid-19 dans un centre de vaccination à Montpellier le 15 avril 2021 - Pascal GUYOT © 2019 AFP

Avec l'arrivée du vaccin Johnson & Johnson, la campagne vaccinale promet de s'accélérer en France, car il ne nécessite qu'une seule dose, contrairement au Moderna, au Pfizer et à l'AstraZeneca.

Parmi les annonces faites par l'exécutif ce jeudi soir, lors du point hebdomadaire sur la situation sanitaire en France, plusieurs concernaient l'avancement de la campagne vaccinale, avec l'arrivée du vaccin Johnson & Johnson dès ce samedi, et l'ouverture de la vaccination à de nouveaux publics.

· Le Johnson & Johnson "à compter de ce samedi"

Les Français de plus 55 ans pourront, "à compter de ce samedi", se voir administrer le vaccin Johnson & Johnson, le quatrième disponible sur le territoire, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran. Contrairement au Pfizer, au Moderna ou à l'AstraZeneca, "ce vaccin (...) ne nécessite qu'une seule injection pour que vous soyez protégé, pas de rappel vaccinal, pas de seconde injection", a-t-il souligné, ce qui pourrait donc accélérer la campagne vaccinale.

"Les 200.000 premiers vaccins sont livrés aux pharmacies, aux médecins et aux infirmiers libéraux qui pourront commencer à le proposer à leurs patients à compter de ce samedi", a déclaré le ministre.

La France attendait les conclusions de l'Agence européenne des médicaments (EMA) pour diffuser ce vaccin sur son sol. L'EMA a estimé mercredi que ce produit bénéficiait d'un rapport bénéfices/risques favorable malgré un risque "très rare" de caillots sanguins.

· Vaccination dès lundi pour les proches de personnes immunodéprimées

Olivier Véran a également annoncé que la vaccination serait "ouverte à compter de lundi prochain" pour les personnes vivant sous le même toit que quelqu'un "en situation d'immuno-dépression sévère", ce qui concerne "plusieurs centaines de milliers" de personnes en France, selon lui.

La vaccination pourra se faire quel que soit l'âge de la personne, - à condition qu'elle soit majeure - "en AstraZeneca si vous avez plus de 55 ans, et en Pfizer et Moderna si vous avez moins de 55 ans", a précisé le ministre.

· Une ouverture pour les personnes souffrant d'obésité envisagée mi-mai

Il a par ailleurs indiqué avoir "saisi les comités scientifiques" au sujet de la vaccination des personnes de moins de 50 ans souffrant d'obésité sévère, qui présentent un risque accru de forme grave de Covid-19, mais ne sont pas éligibles à la vaccination pour le moment.

"La réponse ne va pas tarder, mais il est probable que nous puissions là aussi démarrer d'ici la mi-mai", a affirmé le ministre.

Selon le Premier ministre Jean Castex, d'ici la fin de cette semaine, "14 millions de personnes auront reçu au moins une dose d'un vaccin ce qui représente un quart de la population adulte" française.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon avec AFP Journaliste BFMTV