BFMTV

Covid-19: les personnes obèses de moins de 50 ans ne peuvent toujours pas se faire vacciner

En France, l'obésité touche près de 7 millions de personnes, soit environ 15% de la population, selon une enquête ObEpi-Roche.

En France, l'obésité touche près de 7 millions de personnes, soit environ 15% de la population, selon une enquête ObEpi-Roche. - PAUL ELLIS © 2019 AFP

Alors que 17% de la population adulte souffre d'obésité en France, seules les personnes présentant cette comorbidité et âgées de plus de 50 ans sont pour le moment éligibles à la vaccination.

Sont-ils les grands oubliés de la campagne vaccinale? Alors que le gouvernement ouvre progressivement l'accès aux vaccins en France aux personnes sans comorbidité, la Ligue contre l'obésité plaide pour que toutes les personnes adultes souffrant d'obésité puissent dès à présent se faire vacciner.

"Aujourd'hui ces personnes ne sont ni reconnues, ni soignées et donc pas vaccinées", déplore sur notre antenne Agnès Maurin. La directrice et cofondatrice de l'association regrette que le calendrier de la vaccination n'offre pas encore l'accès aux vaccins à toutes les personnes obèses, celles-ci représentant selon elle "45% des personnes décédées du Covid-19" en France.

Selon la Fédération mondiale de l'obésité, les personnes atteintes de cette pathologie ont deux fois plus de risques d'êtres hospitalisées et sont davantage susceptibles de contracter une forme grave du coronavirus. Le Collectif national des associations d’obèses estime pour sa part que les personnes obèses représentent près de 40% des décès et 47% des admis en réanimation.

Près de 3,5 millions de personnes concernées

En France, c'est 17% de la population adulte qui souffre d'obésité, soit un peu plus de 8 millions de personnes selon les dernières données du ministère de la Santé. La Ligue contre l'obésité estime que le nombre de personnes obèses encore privées de la vaccination s'élève à près de 3,5 millions de personnes.

Plusieurs études publiées depuis le début de la pandémie confirment pourtant le rôle aggravant de l'obésité pour les personnes contaminées par le Covid-19.

"Depuis le mois de mars 2020 nous cessons de faire bouger les lignes pour faire accepter l'obésité comme partie intégrante des critères à risque, alors que les chiffres des décès, les chiffres des hospitalisations, prouvent que cette pathologie sont est très à risque", note Agnès Maurin.

La directrice de l'association souligne enfin qu'à Strasbourg, l'ARS du Grand-Est et la préfecture ont demandé la mise en place d'un centre de vaccination dédié aux personnes obèses et ce, dès l'âge de 18 ans. Une initiative saluée par la Ligue contre l'obésité, qui souligne qu'il s'agit là d'un cas unique: "Ailleurs sur le territoire, les personnes souffrant d'obésité entre 18 et 50 ans ne peuvent pas se faire vacciner".

Hugues Garnier Journaliste BFMTV