BFMTV

Hydroxychloroquine: Raoult se dit "surpris de l'ampleur" de la polémique et dénonce une "folie mondiale"

L'infectiologue marseillais était entendu au cours d'une audition au Sénat ce mardi après-midi.

Près de huit mois après le début de la crise sanitaire, Didier Raoult persiste et signe sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine afin de soigner les infections dues au Covid-19. Alors que cette molécule n'est plus autorisée à ces fins en France depuis le mois de mai, à l'instar de nombreux pays, l'infectiologue continue à défendre l'antipaludéen.

"Ce qui s'est passé dans cette situation est absolument inouï pour moi. Qu'un des deux médicaments les plus prescrits au monde ait pu etre considéré comme étant un truc qui tuait 10% des gens est quelque chose qui montre qu'il y avait une déconnexion entre la perception de ce qu'est l'hydroxychloroquine, de la chimie, de la molécule qui a été utilisée chez probablement 2 milliards de personnes. Donc il y a quelque chose que je ne comprends pas", a déclaré Didier Raoult ce mardi au cours de son audition au Sénat.

"Je n'ai jamais fraudé de ma vie"

"Je suis extrêmement surpris de l'ampleur qu'a pris cette chose", a ajouté le médecin. "Je ne pouvais pas imaginer qu'en envoyant un papier comme ça, comme j'en ai envoyé tellement dans ma vie, ceci allait faire une espèce de folie mondiale", a-t-il poursuivi.

Au cours de son audition, le Marseillais a assuré n'avoir "jamais fraudé de (sa) vie". "J'ai écrit 3500 publications internationales, je n'en ai jamais rétractée aucune", a ajouté le médecin, concédant toutefois que des "erreurs sont passées" dans certaines publications, estimant ce taux entre 2 et 4%.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV