BFMTV
en direct

Covid-19: le nombre de patients en réanimation repasse sous la barre des 5000 en France

Covid-19: le nombre de patients en réanimation repasse sous la barre des 5000 en France

Une soignante s'occupe d'un patient atteint du Covid-19 dans l'unité de soins intensifs à l'hôpital Pasteur de Colmar, le 22 avril 2021

La lente décrue du Covid-19 se poursuit. Et plusieurs pays, à l'instar de la Belgique dès samedi, amorcent un assouplissement de leurs mesures sanitaires.

Plus de 17.814.000 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin

17.814.854 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid en France ce dimanche et 7.765.912 personnes ont reçu deux doses à ce jour, selon les derniers chiffres publiés dimanche soir par le ministère de la Santé.

Le nombre de patients en réa repasse sous la barre des 5000

La lente décrue se confirme. 116 morts ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures dans les hôpitaux en France, selon le dernier bilan communiqué par Santé Publique France ce dimanche.

Pour la première fois depuis mars dernier, le nombre de patients hospitalisés en réanimation est repassé sous la barre des 5000. 4971 se trouvent désormais en soins critiques après avoir développé une forme grave du Covid, soit 124 nouvelles entrées en 24 heures.

Par ailleurs, 25.597 patients sont actuellement hospitalisés en France en raison du Covid-19, ce qui représente 527 nouvelles entrées en 24 heures.

Face aux variants, Macron reconnaît la meilleure efficacité des vaccins à ARN messager

En déplacement à Strasbourg pour le lancement de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, Emmanuel Macron a appelé à continuer à vacciner avec le serum du laboratoire AstraZenaca, tout en soulignant que les vaccins à ARN messager se montraient plus efficaces face aux variants.

"Nous vaccinons avec AstraZeneca en France et en Europe et il faut continuer de le faire parce qu'il nous aidera à sortir de la crise", a affirmé le président de la République". "Mais pour répondre aux variants, nous voyons que d'autres vaccins sont plus efficaces", a-t-il tempéré, se félicitant du "pragmatisme européen" sur le sujet.

L'UE n'a pas renouvelé sa commande AstraZeneca après juin

L'Union européenne n'a pas renouvelé pour l'instant son contrat de fourniture de vaccins Covid-19 avec AstraZeneca pour après le mois de juin, a indiqué dimanche le commissaire européen Thierry Breton au lendemain de l'annonce de la signature d'un nouveau contrat de l'UE avec Pfizer.

"Nous n'avons pas renouvelé le contrat (avec AstraZeneca) après le mois de juin. On verra, on regarde ce qu'il se passe", a déclaré le commissaire européen chargé du marché intérieur, interrogé sur France Inter/France Info.

Début de confinement d'une semaine en Tunisie pour la fin du ramadan

Un nouveau confinement d'une semaine, englobant la fête musulmane célébrant la fin du ramadan, a commencé dimanche en Tunisie, au moment où les hôpitaux ont du mal à gérer l'augmentation des cas de coronavirus.

Les autorités tunisiennes ont averti vendredi que le système de santé menaçait de "s'écrouler" en raison de l'afflux grandissant de malades dans les hôpitaux. Elles ont par conséquent instauré un confinement du 9 au 16 mai.

Il coïncide avec la fête de l'Aïd el-Fitr marquant la fin du mois de jeûne du ramadan, lorsque les musulmans se réunissent traditionnellement en famille ou entre amis, qui est attendue cette année le 13 mai.

11 cas de variant indien détectés sur un navire à La Réunion

Onze membres d'équipage d'un navire en rade au large de La Réunion ont été testés positifs au variant indien du coronavirus, et quatre d'entre eux sont hospitalisés, ont annoncé ce dimanche les autorités sanitaires de l'île. Le navire, dont le pavillon et le nom n'ont pas été révélés, "faisant route entre l'Inde et le Brésil", a demandé assistance lundi pour suspicion d'un cas de Covid-19 à bord, indique l'Agence régionale de Santé (ARS) dans un communiqué.

>> Plus d'informations avec notre article complet

Une fête clandestine rassemble plus de 200 personnes en Bretagne

Selon les informations recueillies par BFMTV auprès de la préfecture, une fête clandestine a eu lieu dans une résidence privée de Binic-Etables-sur-Mer dans les Côtes-d'Armor samedi soir, avant d'être interrompue par l'arrivée des gendarmes.

La soirée avait été annoncée sur les réseaux sociaux. L'entrée dans la résidence, louée via Le Bon Coin, était payante ainsi que les consommations. Alertés par els voisins, 25 gendarmes sont intervenus dispersant rapidement les plus de 200 fêtards.

60 personnes ont cependant été verbalisées pour ces entorses aux règles sanitaires et deux personnes, soupçonnées d'avoir organisé la soirée, ont été interpellées et placées en garde à vue pour travail dissimulé, nuisances sonores, non respect des dispositions encadrant les rassemblements festifs musicaux, mise en danger délibérée de la vie d'autrui.

Vaccin: les Roumains se font piquer au "château de Dracula"

Des centaines de personnes se sont pressées ce week-end devant le château de Bran - au centre de la Roumanie - régulièrement associéé au personnage de Dracula pour une piqûre, séduites non pas par son charme mais par la possibilité de se faire vacciner contre le Covid-19.

"Je suis venu visiter le château avec ma famille et quand j'ai vu l'affiche j'ai pris mon courage à deux mains et accepté de me faire piquer", a déclaré à l'AFP Liviu Necula, un ingénieur âgé de 39 ans.

Comme lui, toutes les personnes s'étant faites vacciner ont reçu un diplôme attestant de leurs "témérité et responsabilité", ainsi que la promesse d'être accueillies au château "pendant les 100 prochaines années".

"Nous ciblons surtout les touristes qui sont venus passer le week-end dans la région mais les locaux et les employés du château sont eux aussi les bienvenus", a indiqué le directeur de marketing, Alexandru Priscu.

Désireuses de convaincre le plus grand nombre de Roumains de se faire vacciner, les autorités ont multiplié ces derniers jours les "vaccidrives" dans plusieurs grandes villes et organisé des "marathons" vaccinatoires ouverts 24 heures sur 24 à la Bibliothèque nationale et à la Salle du Palais, grand auditorium de Bucarest.

"Ces centres sont destinés à tous ceux qui veulent se faire vacciner mais rechignent à prendre rendez-vous en ligne", a déclaré à l'AFP Beatrice Mahler, directrice de l'hôpital Marius Nasta de Bucarest, venue aider les dizaines de médecins et infirmiers à pied d'oeuvre à la Salle du Palais dans la nuit de samedi à dimanche.

Virus: l'Allemagne assouplit les restrictions pour les personnes vaccinées

Aller chez le coiffeur sans fournir de test négatif, se réunir à plusieurs : les plus de 7 millions de personnes vaccinées en Allemagne bénéficient à compter de dimanche d'assouplissements des strictes règles sanitaires.

Ces nouvelles mesures, qui entrent en vigueur après une adoption express par le Parlement, concernent également les personnes considérées comme guéries après avoir été infectées par le virus. Au total, plus de sept millions de personnes ayant déjà reçu les deux doses de vaccin anti-Covid bénéficient de ces assouplissements.

Ils leur permettent aussi d'entrer dans n'importe quel magasin sans avoir à présenter de test négatif, comme c'est actuellement le cas pour le reste de la population, à l'exception des commerces dits "essentiels" comme les supermarchés ou les pharmacies.

Elles n'ont plus non plus à respecter le couvre-feu nocturne à partir de 22h (20h00 GMT) instauré le mois dernier face à une troisième vague particulièrement meurtrière et peuvent se réunir à plusieurs et sans restrictions en privé.

Ces nouvelles mesures au niveau national entrent en vigueur après que plusieurs Etats régionaux ont déjà franchi ce pas, répondant à la grogne dans un pays très attaché aux libertés individuelles et aux droits fondamentaux.

Vent de liberté en Espagne avec la levée partielle des restrictions sanitaires

Un vent de liberté s'est levé dimanche en Espagne, où les habitants sont enfin autorisés à sortir de leur région pour changer d'air ou retrouver des proches qu'ils n'avaient pas vus depuis des mois.

Dans la plupart des régions, la fin de ce régime d'exception à 00H00 dimanche, c'està-dire en toute fin de soirée samedi, a signifié également la levée du couvre-feu comme à Barcelone (nord-est) où cris, applaudissements et musique ont marqué cette liberté retrouvée.

A part à Noël où les restrictions avaient été assouplies durant quelques jours pour permettre les réunions familiales, les Espagnols n'ont pas pu quitter leur région depuis le début de l'état d'urgence fin octobre.

Le patron de Doctolib voit "trois leviers d'accélération de la vaccination"

L'objectif du gouvernement d'atteindre 20 millions de personnes ayant reçu au moins une injection de vaccin contre le Covid-19 mi-mai devrait être atteint "le 17 mai", prévoit le patron de Doctolib, Stanislas Niox-Chateau.

"Nos prévisions montrent que nous pouvons y arriver le 17 mai", assure-t-il dans le Journal du dimanche, soulignant que "cette semaine a été riche en bonnes nouvelles : 25 % des Français sont désormais vaccinés en première dose. Vendredi, nous avons battu deux records: 618.000 vaccinés en une journée et plus de 500.000 Français ont pris un rendez-vous sur Doctolib".

"On vaccine désormais à flux tendu : 2,8 millions de doses de Pfizer-BioNTech et Moderna arrivent chaque semaine en France, et 2,7 millions de Français sont vaccinés chaque semaine. Le facteur limitant reste le nombre de doses: si on les avait, on aurait explosé les 20 millions" de personnes ayant reçu au moins une injection, selon lui.

Stanislas Niox-Chateau estime qu'il "existe au moins trois leviers d'accélération", dont la livraison d'un plus grand nombre de doses, mais aussi le fait qu'"on vaccine deux à trois fois moins les week-ends et les jours fériés", une tendance à combattre alors que plusieurs ponts (Ascension, Pentecôte) arrivent. Enfin, "il faut se reposer davantage sur la ville" selon lui: "les généralistes et les pharmaciens ont envie de vacciner, en ont les capacités mais ne peuvent aujourd'hui le faire qu'avec de l'AstraZeneca".

BFMTV