BFMTV
en direct

Covid-19: trois premiers patients transférés samedi de Martinique vers Paris

Covid-19: trois premiers patients transférés samedi de Martinique vers Paris

Le couloir du service des urgences du CHU de Fort-de-France en Martinique (Photo d'illustration).

L'annonce de cette mesure de restriction dans l'île de l'océan indien a été faite ce jeudi par le préfet.

Fin du live

Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi.

Trois premiers patients transférés samedi de Martinique vers Paris

Trois premiers patients Covid-19 seront transférés samedi de Martinique vers Paris a annoncé le CHU de Fort-de-France à l'Agence France-Presse (AFP) ce jeudi soir.

Etats-Unis: les employés fédéraux devront être soit vaccinés, soit masqués et testés

Aux Etats-Unis, les employés fédéraux devront être soit vaccinés, soit masqués et testés, a annoncé ce jeudi la Maison Blanche.

Vaccination: Salomon estime que les récalcitrants "ont peur" mais "ne sont pas forcément des antivax"

Rémi Salomon, invité ce jeudi soir de BFMTV, a indiqué estimer que les récalcitrants à la vaccination "ont peur" mais "ne sont pas forcément des antivax", qu'il juge "minoritaire".

"Même si on est soignants, on peut hésiter. Beaucoup des gens qui ne sont pas vaccinés aujourd'hui ont peur du vaccin. Ce ne sont pas des antivax. Ils sont très minoritaires. Ceux que je rencontre dans les services me disent qu'ils ont peur et qu'ils ne sont pas contre le vaccin en général: mais celui-là est 'nouveau', 'a été mis en place très vite', 'l'ARN ça me fait peur', 'je préfère attendre un peu'...", a indiqué le président de la commission médicale de l'AP-HP.

Israël autorise une 3e dose de vaccin pour les plus de 60 ans

Israël autorise une 3e dose de vaccin pour les plus de 60 ans, a indiqué Nachman Ash, le ministre de la Santé, ce jeudi.

Elle ne sera disponible que pour ceux qui ont reçu leur deuxième dose au moins cinq mois auparavant, précise I24 News.

Plus de 1000 malades soignés en réanimation en France

En France, 1015 malades sont actuellement soignés en réanimation, après plusieurs jours de nouvelles admissions dues au variant Delta. 91 nouvelles admissions ont été rapportés en 24 heures.

7236 patients sont actuellement hospitalisés, avec 501 nouvelles admissions entre mercredi et jeudi.

29 personnes sont mortes à l'hôpital ces dernières 24 heures.

Confinement partiel à La Réunion à partir de ce week-end

Un confinement partiel va entrer en vigueur à La Réunion à compter de ce wee-end, annonce le préfet.

"Il n'y aura pas d'école à deux vitesses", répond Gabriel Attal

Face aux critiques depuis l'annonce de Jean-Michel Blanquer mercredi concernant le nouveau protocole sanitaire dans les établissements scolaires, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a déclaré ce jeudi qu'"il n'y aura(it) pas d'école à deux vitesses".

"On a fait depuis le début le choix de l'école en France et c'est une fierté", a fait valoir le ministre.

Dans un tweet, Marine Le Pen accusait le gouvernement d'envisager "l'exclusion des élèves mineurs non-vaccinés des sorties scolaires entre autres".

"C'est faux, Marine Le Pen relaie une information qui est fausse puisqu'elle dit qu'il y aurait une exclusion des élèves non-vaccinés des sorties scolaires, ce n'est absolument pas prévu. Ce qui est prévu, c'est tout simplement d'étendre à l'école les mêmes règles qu'il y a pour le reste de la population. (...) Ça veut dire qu'il n'y a pas de pass sanitaire à l'école, par contre quand vous êtes un élève, vous allez en sortie scolaire, dans une piscine, dans un musée, qui sont des établissements recevant du public qui à partir de la fin du mois de septembre demanderont le pass sanitaire aux mineurs qui s'y rendront", a détaillé le porte-parole du gouvernement.

"De même que lorsqu'il s'y rend avec sa famille dans un cadre autre que le cadre scolaire. On ne fait qu'étendre les règles qui concernent toute la population à l 'école", a ajouté Gabriel Attal.

Pour Gabriel Attal, "le pass sanitaire est la bouée de sauvetage de l'été"

Gabriel Attal défend le pass sanitaire, qu'il considère comme "la bouée de sauvetage de l'été". "C'est ce qui permet à des cinémas, des théâtres, des restaurants, des bars... de garder la tête hors de l'eau en ayant une activité et c'est ce qui permet de sauver la siason dans beaucoup d'endroits", argue le porte-parole du gouvernement.

"La réalité, c'est que quand on voit le niveau de circulation du virus dans certains territoires, si on ne disposait pas de la vaccination et du pass sanitaire, probablement que nous devrions refermer un certain nombre de lieux", avance-t-il. "Nous allons pouvoir les maintenir ouverts grâce au pass sanitaire, qui est une sécurité pour les Français qui y travaillent et qui s'y rendent."

Attal annonce une "nouvelle campagne d'appels massive" d'appels pour toucher les personnes fragiles et non-vaccinées

Gabriel Attal annonce le lancement "dans les prochains jours" d'une nouvelle "campagne d'appels massive par l'Assurance-Maladie" à destination des personnes "fragiles" et "isolées" pour "les inciter à se faire vacciner". Au total, 600.000 personnes doivent ainsi être contactées.

"Il restait la semaine dernière 5 millions de Français fragiles à l'épidémie qui n'étaient pas encore vaccinés, c'est beaucoup", a commenté le porte-parole du gouvernement. "Ce sont 5 millions de Français qui, parce qu'ils sont très âgés ou très malades risquent de faire une forme grave. C'est un danger pour eux mais c'est aussi une épée de Damoclès pour l'hôpital."

La Haute-Savoie rétablit à son tour le masque en extérieur dans certaines communes

La liste des départements qui remettent en place des restrictions anti-Covid continue de s'allonger. Le préfet de Haute-Savoie vient d'annoncer le retour du port du masque en extérieur:

  • dans les rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie poublic ou dans des lieux ouverts au public, dans les marcheés et brocantes et les files d'attente;
  • dans les zones à forte concentration de personnes: les communes de plus de 5000 habitants, de bord de lac et touristiques

Covid-19 aux Antilles: l'AP-HP "prête" à recevoir "très rapidement" des patients antillais

L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) est "prête" à recevoir "très rapidement" des patients antillais atteints du Covid-19, a déclaré ce jeudi son directeur général, Martin Hirsch.

"C'est en train de se préparer pour qu'on puisse très rapidement accueillir quelques" malades antillais, a indiqué Martin Hirsch sur RTL, alors que la situation sanitaire s'est aggravée aux Antilles face au virus.

Ces transferts de malades pourraient avoir lieu "dans les prochains jours. Ce sont les autorités sanitaires qui décident", mais "nous, on est prêt dès aujourd'hui", a assuré le responsable de l'AP-HP.

Voyages en Angleterre: Paris juge "discriminatoire" la quarantaine pour les arrivées de France

Le maintien d'une quarantaine en Angleterre pour les voyageurs arrivant de France est "incompréhensible" et "discriminatoire", a estimé ce jeudi le secrétaire d'État français aux Affaires européennes.

"C'est excessif et incompréhensible sur un plan sanitaire (...) Ce n'est pas fondé scientifiquement", a déclaré Clément Beaune sur LCI.

"C'est une décision discriminatoire à l'égard des Français puisque tous les Européens, même des pays qui ont des situations sanitaires plus difficiles que la nôtre au titre du variant Delta ou autre ne sont plus concernés par cette quarantaine", a-t-il ajouté.

Les voyageurs complètement vaccinés contre le Covid-19 dans l'Union européenne et aux États-Unis seront exemptés à compter de lundi de quarantaine en Angleterre, à l'exception des arrivées en provenance de France.

Le nombre de tests a augmenté de 50% la semaine dernière avec les débuts du pass sanitaire

En attendant son extension aux cafés, restaurants, trains et avions le 9 aôût, le pass sanitaire est entré en vigueur le 21 juillet dans les lieux de culture qui accueillent plus de 50 personnes. Et il a déjà de premiers effets sur le dépistage, selon les données du ministère de la Santé.

Entre le 19 et le 25 juillet 2021, 3.600.000 tests RT-PCR et antigéniques ont été validés, contre 2 390 000 (dont 43,1 % de tests antigéniques) la semaine précédente, soit une hause de 50% en une semaine. Un pic quotidien a même été atteint le vendredi 23 juillet, avec 834.000 tests réalisés, dépassant le précédent sommet du 23 décembre 2020 (814.000).

Pour le ministère de la Santé, cette "augmentation forte" est "en lien avec le déploiement progressif du pass sanitaire" et elle s'est faite "sans impact sur les délais de rendu": 97% des tests ont été validés en moins de 24 heures.

Pass sanitaire: Borne fait "confiance aux employeurs et aux salariés" pour éviter les licenciements

Les sénateurs espéraient ôter toute référence au licenciement dans le texte de loi sur le pass sanitaire, ils ont finalement créé un vide juridique, affirme Elisabeth Borne. C'est le message une nouvelle fois martelé par la ministre du Travail dans une interview donnée aux Echos. "En l'absence de motif spécifique, c'est le droit commun du licenciement qui va s'appliquer" rappelle-t-elle.

"Mais il faut être clair: mon objectif depuis le départ est d'éviter à tout prix d'aboutir à des licenciements" poursuit Elisabeth Borne.

Autorisation d'absence, possibilité de poser ses congés ou RTT, entretien avec l'employeur, suspensions du contrat de travail… Le texte prévoit plusieurs options avant d'en arriver à un éventuel licenciement.

"Je fais confiance aux employeurs et aux salariés pour trouver une solution" déclare la ministre qui estime que tous les garde-fous énumérés devraient permettre d'éviter la censure du Conseil constitutionnel.

Protocole sanitaire à l'école: la FCPE dénonce "un pass sanitaire déguisé"

Les annonces de Jean-Michel Blanquer passent mal auprès des parents d'élèves. Le ministre de l'Éducation nationale a dévoilé ce mercredi le protocole sanitaire pour la rentrée scolaire de septembre, qui prévoit d'"évincer" les collégiens et lycéens non-vaccinés si un cas de Covid-19 est détecté dans leur classe. Les vaccinés, eux, pourront continuer à suivre les cours en présentiel.

"Il y a inégalité", regrette Nageate Belahcen, coprésidente de la FCPE, sur BFMTV. "La question qui se pose à nous en tant que parents, c'est qu'on est passé de l'annonce d'une incitation à la vaccination à un protocole qui va mettre en éviction d'une partie des élèves."

"Et ça qu'on soit pour ou contre le vaccin, de toute façon c'est insupportable de prendre en otage les élèves sur ces questions-là alors que cela relève de l'autorité parentale", déplore la représentante des parents d'élèves. "Surtout on est dans un cadre scolaire et le droit à l'éducation reste un droit pour tous".

"Qu'il y ait une campagne d'incitation à la vaccination, pourquoi pas", poursuit Nageate Belahcen. "Qu'il y ait une partie des élèves en éviction parce que non-vaccinés, là ça revient à instaurer un pass sanitaire finalement."

Google et Facebook n'accepteront que des employés vaccinés dans leurs locaux

Les géants internet Google et Facebook ont annoncé mercredi qu'ils exigeraient de tous leurs employés amenés à se rendre dans leurs locaux qu'ils soient vaccinés, après une vague d'annonces similaires d'organismes publics aux États-Unis.

L'obligation sera mise en place chez Google "dans les prochaines semaines" aux États-Unis, avant d'être étendue à d'autres régions du monde "dans les prochains mois", a indiqué le directeur général, Sundar Pichai, dans un communiqué, tout en précisant qu'elle ne s'appliquerait pas dans les pays où le vaccin n'est pas encore accessible facilement.

Google fournira prochainement des précisions sur les exceptions à cette obligation "pour les gens qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales ou des populations spécifiques", a indiqué l'entreprise. "Se faire vacciner est l'une des voies les plus importantes pour que nous et nos communautés locales restions en bonne santé", a insisté Sundar Pichai.

De la même façon, les responsables de Facebook "demanderont que toute personne se rendant sur l'un de nos campus aux Etats-Unis soit vaccinée", a indiqué la vice-présidente Lori Goler dans un message transmis à l'AFP.

La France tout près des 1000 patients en réanimation

Près de 1000 patients malades d'une forme grave du Covid-19 étaient traités ce mercredi dans les services de soins critiques, selon les données sanitaires attestant d'une flambée des contaminations.

Les services de soins critiques accueillent 992 malades, contre 978 la veille, et 859 il y a une semaine, avec 91 nouvelles admissions depuis mardi. Le chiffre des hospitalisations a poursuivi une hausse entamée il y a quelques jours seulement, avec 7208 patients mercredi contre 7137 mardi.

La progression est plus marquée pour les chiffres sur une semaine, qui lissent la tendance. On compte 2511 hospitalisations, dont 511 admissions en soins critiques, sur sept jours, contre respectivement 1554 hospitalisations et 298 admissions en réanimation il y a une semaine.

La lenteur relative de la progression quotidienne de ces chiffres contraste avec la flambée des cas de contamination observée depuis plus de deux semaines. Un nouveau record a été battu mercredi avec 27.934 cas positifs enregistrés (26.871 mardi), un plus haut depuis le 28 avril. Le taux de positivité est resté stable à 4,1%

La Martinique se reconfine, la Guadeloupe rétablit le couvre-feu

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. La circulation de l'épidémie aux Antilles inquiète les autorités sanitaires. En Martinique, où le taux d'incidence frôle les 1000, le préfet Stanislas Cazelles a annoncé un nouveau confinement à partir de vendredi 19h pour une durée d'au moins trois semaines.

Le couvre-feu en vigueur sur l'île à partir de 21 heures sera ramené à 19 heures jusqu'à 5 heures du matin avec des conditions de circulation plus strictes. Il faudra se munir d'une attestation pour se déplacer au-delà d'un rayon de plus de 10 km du domicile.

En Guadeloupe, où le taux d'incidence est de 290, le préfet remet en place un couvre-feu de 21h à 5h à partir de vendredi. Et à partir de lundi, les déplacements de personnes non vaccinées entre la Guadeloupe et l'Hexagone seront soumis aux motifs impérieux.

BFMTV