BFMTV
en direct

EN DIRECT - Covid-19: de nouvelles évacuations de malades depuis les régions saturées

EN DIRECT - Covid-19: de nouvelles évacuations de malades depuis les régions saturées

Du personnel médical transporte un malade du Covid-19 évacué d'un autre hôpital à Angers, en France, le 15 mars 2021

Après avoir comptabilisé jeudi 808 morts provoquées par le Covid-19 en 24 heures, ce qui constituait alors un record depuis le début de la pandémie, les autorités russes ont fait part ce vendredi d'un bilan encore plus important.

C'est la fin de ce live

Merci de l'avoir suivi

Martinique: l'armée double la capacité de son hôpital de campagne

Face à la saturation des hôpitaux en Martinique à cause du Covid-19, l'armée a installé dans le CHU de Fort-de-France des capacités hospitalières d'urgence, avec 10 lits de réanimation depuis le 9 août, qui seront portées à 20 lits mi-août, a annoncé vendredi à l'AFP l'état-major de l'armée.

Ce "module militaire de réanimation" (MMR) est composé de 56 militaires, médecins, infirmiers, aides-soignants du Service de santé des armées et du Régiment médical de l'armée de Terre. Ses dix premiers lits sont déjà occupés.

"La vaccination ne prend pas de vacances", salue Olivier Véran

Olivier Véran a annoncé, ce vendredi, que le cap des 80 millions d'injections contre le Covid-19 a été atteint.

"En plein mois d'août, la vaccination ne prend pas de vacances", a-t-il salué sur Twitter. "Plus de 500 000 encore aujourd'hui et 2 caps franchis: 46 millions de primo-injections, et 80 millions d'injections au total. On continue, on s'accroche, et on y arrivera, ensemble!"

En France: l'épidémie augmente toujours, mais moins vite

L'épidémie de Covid-19, poussée par le variant Delta plus contagieux, a continué de progresser en France mais globalement un peu moins vite que les semaines passées, a indiqué vendredi Santé publique France.

Ce bilan en demi-teinte décrit un léger mieux sur le front des contaminations, avec une "dynamique de ralentissement du taux d'incidence" (excepté aux Antilles) mais qui ne se traduit pas encore sur le front des hospitalisations.

Covid-19: 9546 patients hospitalisés en France ce vendredi

9 546 patients sont actuellement hospitalisés en France en raison du Covid-19, selon les derniers chiffres publiés par Santé publique France ce vendredi, soit 836 nouvelles admissions ces dernières 24 heures.

Parmi eux, 1831 patients sont actuellement en réanimation, soit 188 de plus par rapport à ce jeudi.

74 décès ont été enregistrés à l'hôpital ces dernières 24 heures.

De nouvelles évacuations de malades depuis les régions saturées

Six malades du Covid-19 ont été transférés vendredi depuis la Corse et l'Occitanie vers la Bretagne et le Grand Est, et six autres doivent être évacués de Martinique vers Paris ce week-end, ont indiqué les autorités.

Comme lors des trois premières vagues épidémiques, les évacuations sanitaires se multiplient pour soulager les hôpitaux les plus encombrés.

Plan blanc déclenché pour l'hôpital de l'île antillaise de Saint-Martin

Le Plan blanc a été déclenché ce vendredi pour l'hôpital de l'île antillaise de Saint-Martin en raison "de la forte augmentation du nombre cas Covid" et le couvre-feu a été avancé à 20 h 00, a annoncé le préfet.

"Les situations sanitaires de Guadeloupe et de Martinique étant dégradées depuis plusieurs semaines et notre système hospitalier ne pouvant faire face seul, j'ai décidé d'instaurer des mesures complémentaires pour stopper la propagation du virus", a indiqué le préfet de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, Serge Gouteyron.

Israël injecte une 3e dose de vaccin aux 50 ans et plus

Israël a commencé vendredi à injecter une troisième dose de vaccin anticoronavirus aux personnes âgées de 50 ans et plus, après avoir décidé dans la nuit d'abaisser l'âge minimum dans l'espoir de lutter contre une nouvelle vague de contamination liée au variant Delta.

L'Etat hébreu avait lancé il y a deux semaines une campagne pour permettre aux personnes âgées de 60 ans et plus de se faire injecter une troisième dose de vaccin, principalement des laboratoires Pfizer/BioNTech, et ce bien que l'Agence américaine du médicament (FDA), que les autorités israéliennes suivent en règle générale les recommandations, n'a pas statué sur cette pratique.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Premier ministre, Naftali Bennett, a annoncé que l'âge minimum pour recevoir cette dose de rappel avait été abaissé à 50 ans.

"La campagne pour vacciner la population âgée de 60 ans et plus est un grand succès (...). C'est une étape importante dans le combat contre le variant Delta et j'appelle tout le monde âgé de plus de 50 ans à se mettre en rang dès demain (vendredi) matin pour se faire vacciner", a-t-il déclaré dans un communiqué, précisant que cette décision avait été validée par un comité d'experts.

3e dose: Gabriel Attal confirme que la campagne démarrera "à la mi-septembre s'agissant des injections"

Sur BFMTV ce vendredi, Gabriel Attal a confirmé le début de la campagne d'administration des troisièmes doses pour les personnes les plus fragiles à la mi-septembre.

La campagne de rappel vaccinal "démarrera effectivement à la mi-septembre s'agissant des injections et les rendez-vous ouvriront à la fin du mois d'août, début du mois de septembre, encore une fois pour un public prioritaire qui est un public particulièrement fragile vis-à-vis de l'épidémie", a déclaré le porte-parole du gouvernement ce vendredi.

"Les tests à répétition ne sont pas un vaccin de substitution", rappelle Attal

Alors que les tests de dépistage du Covid-19 doivent devenir payants, sauf prescription médicale, à compter de la mi-octobre, Gabriel Attal rappelle, avec l'extension du pass sanitaire, que la vaccination reste préférable aux "tests à répétition".

"Les tests à répétition ne sont pas un vaccin de substitution, la vaccination c'est le moyen, c'est l'outil qui nous permet de nous protéger nous-même et de progéger les autres", a-t-il déclaré ce vendredi sur notre antenne.

Attal indique qu'une "écrasante majorité des Français" a fait le choix de la vaccination

À la veille d'un nouveau samedi de mobilisation contre les mesures sanitaires édictées par le gouvernement telles que le pass sanitaire, Gabriel Attal indique qu'"une écrasante majorité des Français (...) fait le choix de la vaccination".

Les Français qui doutent, "ça je peux l'entendre", a poursuivi le porte-parole du gouvernement. Mais "vous avez une infime minorité qui est dans l'instrumentalisation politique de tout ça (...), ça je trouve ça totalement irresponsable", tance le secrétaire d'État.

Pédagogie sur la vaccination: "On peut toujours en faire plus", évoque Gabriel Attal

Face aux fake news qui pullulent autour de la vaccination contre le Covid-19, Gabriel Attal se dit "très humble et modeste".

"On pourra toujours faire mieux en termes de communication et de pédagogie", "on peut toujours en faire plus", a-t-il admis, assurant vouloir convaincre "jusqu'à la dernière minute, jusqu'au dernier Français".

50 millions de primo-vaccinés fin août: "Notre objectif reste le même", assure Attal

"Notre objectif reste le même, c'est 50 millions de personnes ayant reçu une première injection avant la fin du mois d'août", a assuré ce vendredi Gabriel Attal sur BFMTV.

Véran fustige des slogans "douteux voire complètement crades" dans les manifestations anti-pass sanitaire

Le ministre de la Santé Olivier Véran a fustigé les slogans "parfois extrêmement douteux, voire complètement crades", des manifestants antivaccination et anti-pass sanitaire, les appelant à regarder en face "la réalité" des centaines de personnes hospitalisées non vaccinées.

"Vous avez des gens qui se mobilisent contre la vaccination, dont on parle beaucoup et à mon sens beaucoup trop. Vous avez 200.000 personnes qui ont manifesté un samedi pour dire qu'ils ne voulaient pas du vaccin avec des pancartes extrêmement bariolées et des motifs parfois extrêmement douteux, voire complètement crades", a-t-il déclaré jeudi soir à la presse lors d'une visite au CHU de Martinique, à Fort-de-France.

Le ministre faisait allusion à des slogans antisémites inscrits sur des pancartes lors des derniers rassemblements anti-pass sanitaire et vaccination. Une enseignante a ainsi été interpellée pour en avoir brandi une dans une manifestation à Metz début août. Elle sera jugée pour "provocation publique à la haine raciale" le 8 septembre.

Le masque n'est plus obligatoire au Danemark

Plus de masque au Danemark: le ministère des Transports a annoncé vendredi la levée de l'obligation de son port dans les transports publics, seul endroit où il était encore exigé, conséquence de l'assouplissement des règles de distanciation sociale.

"Nous sommes maintenant dans une situation (...) où une grande partie de la population est vaccinée, et nous retournons à une vie quotidienne plus normale. Cela signifie que nous pouvons dire adieu aux masques dans les bus, les trains et le métro", a dit le ministre des Transports Benny Engelbrecht, cité dans un communiqué.

L'obligation, introduite le 22 août 2020, disparait à partir du samedi 14 août. Initialement, sa levée était prévue pour le 1er septembre.

Record de morts en 24 heures en Russie pour le second jour consécutif

La Russie a fait état vendredi de 815 décès dus au Covid-19 en 24 heures, un record pour le deuxième jour consécutif qui est dû au variant Delta et à une campagne de vaccination poussive. Le pays, qui fait face à une résurgence épidémique depuis le début de l'été, a en outre enregistré 22.277 nouveaux cas de coronavirus, selon le bilan quotidien fourni par le centre de crise du gouvernement russe.

Ce bilan porte à 168.864 le nombre des décès recensés par le gouvernement comme étant dus au Covid-19. Ce nombre est cependant partiel, car il ne tient compte que des morts autopsiés dont la cause première est le nouveau coronavirus. L'agence russe de statistiques Rosstat, qui a une définition plus large, fait état de plus de 300.000 morts à la fin juin 2021.

Les Etats-Unis donnent leur feu vert à une 3e dose pour les personnes immunodéprimées

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli pourront recevoir une troisième dose de vaccin anti-Covid Pfizer ou Moderna afin de renforcer leur protection contre la maladie, a annoncé jeudi l'Agence américaine des médicaments (FDA).

"Le pays est entré dans une nouvelle vague de la pandémie de Covid-19, et la FDA a pleinement conscience du fait que les personnes immunodéprimées sont particulièrement à risque de contracter une maladie grave", a avancé la commissaire par intérim de l'agence, Janet Woodcock, pour expliquer cette autorisation.

Cette 3e dose est destinée aux receveurs de greffe d'organes solides ou à ceux dont le système immunitaire est affaibli, est-il précisé dans le communiqué.

Israël abaisse à 50 ans l'âge pour la dose de rappel

Le gouvernement israélien a abaissé dans la nuit de jeudi à vendredi à 50 ans l'âge minimum pour se faire administrer une troisième dose de vaccin anti-Covid dans l'espoir de lutter contre une nouvelle vague de contamination liée au variant Delta.

L'Etat hébreu avait lancé il y a deux semaines une initiative afin de permettre aux personnes âgées de 60 ans et plus à se faire administrer une troisième dose du vaccin Pfizer/BioNTech et ce, bien que l'Agence américaine du médicament (FDA), dont le pays suit en règle générale les recommandations, n'a pas statué sur cette pratique.

Cette campagne a permis d'administrer des doses de rappel à plus de 770.000 Israéliens, selon les dernières données du ministère de la Santé.

Manifestations anti-pass: le renseignement prévoit une hausse de la mobilisation samedi

Les opposants au pass sanitaire et les personnes plus largement hostiles à la politique sanitaire déployée par le gouvernement défileront à nouveau ce samedi 14 août dans les villes de France. Selon une note établie mercredi par le Renseignement territorial, que BFMTV a pu consulter, les autorités s'attendent à 200 cortèges pour l'ensemble du territoire, haussant la mobilisation à 250.000 manifestants environ.

L'OMS demande la publication de "toutes les données" sur les premiers cas de Covid

Dans sa quête des origines de la pandémie de Covid-19, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) demandé jeudi à tous les pays, et en particulier à la Chine où la fuite d'un laboratoire est suspectée, de publier "toutes les données sur le virus".

"Spécifiquement, pour aborder 'l'hypothèse labo', il est important d'avoir accès à toutes les données brutes, d'envisager les meilleures pratiques scientifiques", a déclaré l'OMS dans un communiqué, soulignant que la Chine avait laissé entendre que l'OMS agissait sous pression politique concernant les études sur l'origine du coronavirus.

"Partager les données et autoriser le réexamen d'échantillons (...) n'est pas autre chose que ce que nous incitons tous les pays, y compris la Chine, à soutenir pour que nous puissions avancer dans l'étude des origines (de la pandémie) rapidement et efficacement", a ajouté l'OMS.

Pour Peter Embarek, chef de la délégation de scientifiques internationaux envoyés en Chine par l'Organisation pour déceler l'origine du Covid, la fuite du virus d'un laboratoire de Wuhan, la ville chinoise où les premiers cas ont été détectés fin 2019, fait partie des hypothèses "probables".

L'exécutif face à une "situation sans commune mesure" aux Antilles

Confinement strict, renforts de soignants, et bientôt "renforts des renforts": l'exécutif assure mettre tous les moyens face à une situation sanitaire "sans commune mesure" aux Antilles.

Martinique et Guadeloupe sont désormais totalement reconfinées pour tenter de ralentir les arrivées de patients à l'hôpital, où plusieurs dizaines de lits de réanimation supplémentaires sont déjà ouverts, parfois installés jusque dans les blocs opératoires, comme au CHU de Guadeloupe dans les jours à venir.

"La situation sanitaire est sans commune mesure avec ce que nous avons pu voir au cours des vagues précédentes et notamment en métropole", a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran jeudi lors d'un point presse avec son collègue des Outre-mer Sébastien Lecornu à l'issue d'une visite du CHU de Fort-de-France.

Bonjour à tous et bienvenue dans ce direct

Suivez ici les dernières informations liées à l'épidémie de Covid-19

BFMTV