BFMTV
en direct

Jean Castex appelle les Français à se faire vacciner, "un acte altruiste"

Jean Castex a exposé, ce jeudi, la stratégie gouvernementale sur les vaccins, une marche décisive que l'exécutif ne veut pas rater dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19, après avoir trébuché sur les masques et les tests.

Stations de ski: Castex comprend "la colère"

Jean Castex a dit comprendre la colère au sujet de la fermeture des remontées mécanioques dans les stations de ski, une mesure décidée par le gouvernement afin de limiter la propagation du virus pendant les fêtes de fin d'année.

"Ma position n'a pas évolué", a-t-il ajouté, précisant qu'il souhaitait que soient évités "les rassemblements à l'intérieur" et qu'il s'agissait donc d'"une mesure préventive". 

L'appel de Jean Castex à aller se faire vacciner

"Il faut que nous soyions les plus nombreux possibles à se faire vacciner", a appelé Jean Castex au terme de la conférence de presse, estimant: "se faire vacciner c'est se protéger mais aussi protéger les autres". "C'est un acte altruiste".

"Une nouvelle étape va donc s'ouvrir mais qui ne marquera pas la fin de l'épidémie", a poursuivi le chef du gouvernement, présentant ce qui va s'avérer "une arme nouvelle" dans la lutte contre le coronavirus.

Il faut "immuniser" la population "contre les peurs"

Le ministre de la Santé a déclaré qu'il était important d'"immuniser" la population "contre les peurs" face aux craintes des Français vis-à-vis du vaccin contre le coronavirus.

"Le vaccin est une chance que nous devons saisir, saisir dans de bonnes conditions, mais saisir avec vous", a-t-il également déclaré.

L'objectif, "faire baisser le nombre de formes graves" du Covid

Le gouvernement a rappelé, lors de sa conférence de presse dédiée à la stratégie vaccinale, que l'objectif était dans un premier lieu de faire baisser les nombre de formes graves du coronavirus et garantir la sécurité sanitaire du pays.

"La peur du vaccin n'arrêtera pas le virus", affirme Véran

"Personne ne sera obligé de se faire vacciner" contre le Covid-19, a rappelé Olivier Véran lors de ce point presse, avant d'ajouter: "la peur du vaccin n'arrêtera pas le virus. Ni celui-ci, ni les autres".

Un peu plus tôt, le Premier ministre rappelait que la "transparence" était un "impératif" face aux "réticences, voire parfois les craintes exprimées par certains" face à ce vaccin.

Olivier Véran a ajouté que "pour que la vaccination soit efficace, il faut établir la confiance".

"Le vaccin ne changera pas" immédiatement "le visage de l'épidémie"

Le ministre de la Santé Olivier Véran a qualifié le vaccin "d'arme décisive" de lutte contre le Covid-19, nuançant toutefois en rappellant que ses effets ne prendraient pas effet dès son lancement.

"Dans les prochains mois, le vaccin ne changera pas fondamentalement le visage de l'épidémie. Nous serons pendant quelques mois encore en prise avec la réalité qui est la nôtre depuis quelques temps déjà", a-t-il poursuivi, faisant référence au port du masque ou au respect strict des gestes barrières.

Trois vaccins sont en phase 3 de test

Lors de cette conférence de presse, le gouvernement a indiqué que trois types de vaccins se trouvaient en phase trois de tests, citant le vaccin des laboratoires Pfizer, Moderna et Sanofi.

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, a ensuite ajouté que "les deux premiers vaccins pouvant obtenir une autorisation de mise sur le marché seront en partie fabriqués en France".

"Environ un million de personnes" vaccinées lors de la phase 1

"Environ un million de personnes" devraient être vaccinées lors de la première phase, lors du premier mois de la campagne vaccinale, a déclaré Jean Castex, précisant que "tout le monde" ne pourrait donc pas "se faire vacciner imméditament" contre le coronavirus.

Le Premier ministre a rappelé que la Haute Autorité de Santé avait recommandé de vacciner d'abord "les personnes âgées en Ehpad, à la fois les résidents mais aussi les personnels y travaillant".

Lors de la deuxième phase en mars 2021, 14 millions de personnes devraient être vaccinées contre le Covid-19 en France.

Enfin, le reste de la population devra attendre le printemps pour pouvoir se faire vacciner.

Plusieurs mois pour "savoir si la vaccin protège contre l'infection et la transmission"

L'immunologue Alain Fischer, en charge de la campagne de vaccination en France, a déclaré qu'il faudrait probablement plusieurs mois pour "savoir si le vaccin protège contre l'infection mais aussi contre la transmission".

Sécurité, transparence et proximité: les trois impératifs du gouvernement

Le Premier ministre a mis en exergue les trois impératifs du gouvernement concernant cette campagne de vaccination contre le Covid-19. Il a d'abord mis l'accent sur la sécurité, puis sur la transparence avant d'insister sur la proximité.

"Le médecin traitant sera au coeur du dispositif", a-t-il déclaré.

La stratégie vaccinale présentée au Parlement par souci de "transparence"

La stratégie vaccinale du gouvernement sera présentée au Parlement par souci de "transparence", a assuré le chef du gouvernement Jean Castex ce jeudi.

La vaccination sera gratuite pour tous

Le Premier ministre a ensuite détaillé les trois différentes étapes de la campagne de vaccination française, ajoutant que celle-ci serait gratuite pour tous et que deux vaccins seraient disponibles fin décembre ou début janvier.

"La vaccination se fera progressivement, avec une priorité pour les personnes vulnérable", a-t-il affirmé lors de cette conférence de presse dédiée à la stratégie vaccinale gouvernementale.

"La France disposera d'un potentiel de 200 millions de doses", a aussi assuré Jean Castex.

Le début de la campagne de vaccination, "une question de semaines"

"Le début de la campagne de vaccination est une question de semaines", a prévenu le chef du gouvernement ce jeudi.

L'Agence européenne du médicament se prononcera avant le 29 décembre sur les autorisations de mise en marché

Avant le 29 décembre, "l'Agence européenne du médicament se prononcera sur les autorisations de mise sur le marché" du vaccin contre le coronavirus, a fait savoir Jean Castex.

Il a expliqué qu'une task force européenne avait été mise en place en juin dernier afin d'éviter un effet "premier arrivé, premier servi". "Les prix sont les mêmes pour tous les pays, au même moment et pour des quantités fixées au prorata de la population" des pays européens, a-t-il encore détaillé.

Le gouvernement recommande 6 adultes à table pour les fêtes de fin d'année

Le gouvernement recommande six adultes à table, sans compter les enfants, pour les fêtes de fin d'année, a fait savoir Jean Castex lors de sa conférence de presse, appellant les Français à être "attentifs et solidaires".

"Il nous faudra respecter les gestes barrières et veiller à respecter les plus fragiles à savoir le spersonnes âgées", a-t-il précisé.

Une nouvelle jauge instaurée dès vendredi dans les lieux de culte

Les lieux de culte, dès demain, pourront accueilir les fidèles avec une règle d'un siège sur trois et d'une rangée sur deux pour la durée du confinement.

Malgré l'amélioration, "la situation reste fragile", tempère Castex

"La situation sanitaire reste fragile", a toutefois tempéré le chef du gouvernement, rappellant que le confinement allait encore durer 15 jours avant la mise en place d'un couvre-feu au 15 décembre.

"Gardons en mémoire la réalité du risque d'un rebond de l'épidémie", a aussi mis en garde le chef de l'État.

"La situation sanitaire s'améliore progressivement"

Lors de sa conférence de presse ce jeudi après-midi, le Premier ministre Jean Castex a fait savoir que la situation épidémiologique liée au Covid-19 s'améliorait sur le territoire français.

"La situation s'améliore progressivement et nous pourrions bientôt passer sous la barre des 10.000 cas quotidiens", a-t-il déclaré.

"Nous comptions hier (mercredi) soir 3488 personnes hospitalisées en réanimation", a-t-il précisé.

Alain Fischer incarnera la campagne vaccinale contre le Covid

L'immunologue Alain Fischer incarnera la campagne française de vaccination contre le Covid-19, a-t-on appris ce jeudi, quelques minutes avant la conférence de presse du Premier ministre.

Conférence de presse prévue à 18 heures

Jean Castex expose jeudi la stratégie du gouvernement sur les vaccins, une marche décisive que l'exécutif ne veut pas rater dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19, après avoir trébuché sur les masques et les tests.

Jean Castex a assuré mercredi avoir "pré-commandé de quoi vacciner 100 millions de personnes".

La conférence de presse du chef du gouvernement a été avancée d'une demi-heure à 18 heures dans un agenda chamboulé par la mort mercredi soir de Valéry Giscard d'Estaing.

Devraient être présents les ministres de la Santé Olivier Véran, des Affaires européennes Clément Beaune, et de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, qui sera très pédagogique sur les vaccins, avec une "grande transparence sur le processus des achats", selon son entourage.

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV