BFMTV
en direct

EN DIRECT - Covid-19: le confinement prolongé à Dunkerque pour les 3 prochains week-ends

Des habitants sur la plage de Dunkerque dans le Nord de la France, le 27 février 2021

Des habitants sur la plage de Dunkerque dans le Nord de la France, le 27 février 2021 - FRANCOIS LO PRESTI © 2019 AFP

La "situation de tension" est très forte" en Île-de-France, selon le directeur général de l'Agence régionale de Santé. Les hôpitaux et cliniques sont appelées à déprogrammer une partie de leurs activités.

Le confinement prolongé à Dunkerque pour les 3 prochains week-ends

En concertation avec les élus locaux, le préfet du Nord a décidé, en raison d'une situation sanitaire restant "particulièrement tendue" dans la région, de prolonger le confinement à Dunkerque pour les trois prochains week-ends, annonce la préfecture dans un communiqué ce mardi après-midi.

La "lente amélioration" continue en Moselle, les hôpitaux restent sous pression

La Moselle est l'un des départements les plus touchés en France par le Covid-19. Cependant, la situation sanitaire tend à s'améliorer et la zone poursuit sa "lente amélioration", tandis que les structures hospitalières demeurent "sous très forte pression", ont indiqué ce mardi le préfet et la directrice du CHR de Metz-Thionville.

On a assiste à "la poursuite de la lente amélioration de la situation", a indiqué lors d'une conférence de presse le préfet de Moselle Laurent Touvet qui avait déjà évoqué la semaine dernière "quelques signes encourageants" pour ce département placé par le gouvernement parmi les 23 en surveillance renforcée, notamment en raison de la présence de variants.

Pourquoi une possible 3e vague sera différente des deux premières

Une troisième vague de Covid-19 est-elle inévitable? Alors que les chiffres restent préoccupants en France et que des mesures de restriction sont prises chaque semaine au niveau local afin de circonscrire au maximum la propagation du virus, de nombreux scientifiques planchent sur la forme que pourrait prendre cette nouvelle période de diffusion massive du Sars-CoV-2 sur le territoire national.

Reconfinement exclu: "une erreur sanitaire" pour le professeur Gilbert Deray

Invité sur notre antenne ce mardi matin, Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière a déploré l'absence de reconfinement, notamment en Île-de-France.

"Une erreur sanitaire a été faite avec les conséquences que l'on sait", a-t-il affirmé, alors que Jérôme Salomon, Salomon, directeur général de la santé, a assuré ce mardi qu'un confinement "n'est pas d'actualité".

"Personne n'a montré à la France que ce que nous faisons à l'heure actuelle est mieux sur le plan psychologique, économique et sociétal qu'un confinement de six à huit semaines", a-t-il poursuivi.

L'Académie de médecine recommande la vaccination obligatoire pour les soignants

Dans un communiqué diffusé ce mardi matin, l'Académie nationale de médecine recommande la vaccination obligatoire des soignants contre le Covid-19.

"L’hésitation vaccinale est éthiquement inacceptable chez les soignants", estime l'Académie, pour qui il faut rendre la vaccination obligatoire "pour tous les professionnels de santé exerçant dans le secteur public ou libéral, dans les établissements de santé et dans les Ehpads, ainsi que pour les auxilliaires de vie pour personnes âgées".

Olivier Véran dévoile le spot de la campagne nationale pour la vaccination

Plus de deux mois après le début de la vaccination en France, le gouvernement lance une campagne de communication, via un spot télévisé relayé par Olivier Véran ce mardi matin sur son compte Twitter. Invité de RTL, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a vanté une "campagne nationale" "en faveur de l'espoir" suscité par la vaccination.

Jérôme Salomon prévoit "six semaines de tension"

Le directeur général de la Santé appelle les Français à "la mobilisation maximale" pour passer "une période délicate" de six semaines.

Pour Jérôme Salomon, "le confinement de l'Île-de-France n'est pas d'actualité"

"L'Île-de-France est probablement la région que nous surveillons le plus", concède Jérôme Salomon. Invité de RTL ce mardi matin, le directeur général de la Santé est revenu sur la tension hospitalière dans la région, où les hôpitaux et cliniques ont reçu l'ordre de réduire de 40% leurs activités.

"Nous mobilisons l'ensemble des lits et des personnels disponibles", explique Jérôme Salomon. "Nous sommes en très forte tension (...) et nous suivons la situation jour après jour."

Pour autant, précise-t-il, "le confinement de l'Île-de-France n'est pas d'actualité": il s'agit là d'une "mesure de dernier recours", "si nous avions l'impression que l'hôpital ne pourrait pas tenir".

Fermeture des piscines: la ministre des Sports s'inquiète des difficultés d'apprentissage de la natation durant la pandémie

Pour la ministre des Sports, "c'est un réel sujet d'inquiétudes". "Nombre de piscines publiques ont fermé ou restreint leur accès aux scolaires", note Roxana Maracineanu dans Le Parisien.

"Le résultat, c'est que beaucoup d'élèves de primaire et du collège, où s'apprend l'essentiel de la nage, n'ont pu avoir cours. À l'approche de l'été, c'est très problématique avec le fléau des noyades qui est en constante augmentation à cette période."

Pour faire face, la ministre annonce "le déploiement de bassins d'apprentissages de 4m par 8 dans les écoles et les gymanses, en accord avec les rectorats". Le dispositif existait déjà avant la pandémie mais va être renforcé.

36 premiers cas de Covid-19 détectés à Wallis et Futuna, un "confinement strict" de deux semaines mis en place

C'était un territoire où la maladie n'avait pas encore émergé. Un confinement "strict et contrôlé" de deux semaines a été décrété dans le petit archipel de Wallis et Futuna, où 36 premiers cas de Covid-19 ont été détectés en trois jours, a indiqué lundi l'Administration supérieure.

"Nous avons décidé d'un confinement général, strict et contrôlé pendant 15 jours pour casser la chaîne de contamination du virus par la suppression des contacts et des déplacements", a déclaré l'administrateur supérieur des îles Hervé Jonathan à la télévision Wallis et Futuna la 1ère.

Ce confinement est entré en vigueur ce mardi à 6h00, heure locale, et s'est ajouté aux mesures de restrictions prises dès samedi.

Un député suggère de laisser les vétérinaires vacciner

Des vétérinaires peuvent prêter main forte pour vacciner la population contre le Covid-19 "si nous devions être confrontés à un manque de professionnels". C'est la suggestion du député Loïc Dombreval, lui-même vétérinaire, dans un courrier adressé au ministre de la Santé.

"En mars 2020, les vétérinaires, professionnels de la santé animale, ont été 4.637 à se porter volontaires auprès des Agences régionales de santé pour faire partie de la réserve sanitaire", rappelle le député LREM dans ce courrier adressé à Olivier Véran et daté du 8 mars. "Cette implication est le signe de leur volonté d'engagement et du lien étroit de solidarité qui lie les professionnel des santés humaine et animale", souligne-t-il.

Les vétérinaires "pratiquent la vaccination quotidiennement". "Si nous devions être confrontés à un manque de professionnels pour vacciner, faire appel aux vétérinaires volontaires parmi la réserve sanitaire permettrait de répondre à la volonté affichée par le gouvernement d'accélérer la campagne vaccinale", poursuit-il.

La situation de l'Île-de-France "réexaminée" mercredi en Conseil de défense

La situation sanitaire en Île-de-France inquiète les élus locaux. Elle "est très préoccupante avec un variant anglais" du coronavirus, plus contagieux, "qui a pris le dessus et se propage beaucoup plus rapidement", a alerté sur France Inter Anne Hidalgo.

La maire de Paris était défavorable la semaine dernière, comme la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, à un confinement le week-end sur son territoire. Faut-il pourtant s'y résoudre pour réduire la pression dans les hôpitaux franciliens?

"Il y aura un réexamen de la situation sur l'ensemble du territoire, et notamment l'Ile-de-France, lors du Conseil de défense sanitaire" prévu mercredi, a indiqué à l'AFP le ministère de la Santé.

Les hôpitaux d'Île-de-France appelés à déprogrammer 40% de leurs activités

Bonjour à tous et bienvenue dans ce direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Avec 964 malades du Covid-19 soignés dans les différents services de réanimation de la région Ile-de-France ce lundi, pour "moins de 1050 lits" disponibles, "on est dans une situation de tension très forte", a déclaré à l'AFP le directeur général de l'Agence régionale de Santé (ARS), Aurélien Rousseau.

En conséquence, cette ARS a donné "l'ordre ferme" aux hôpitaux et cliniques de déprogrammer 40% de leurs activités médicales et chirurgicales les moins urgentes pour augmenter les capacités, avec une cible désormais fixée à 1577 lits de réa.

BFMTV