BFMTV

Dépistage massif, port du masque, précautions... Ce que préconise le Pr Delfraissy pour le déconfinement

Le président du conseil scientifique créé pour aiguiller le chef de l'Etat dans sa gestion de la crise du Covid-19 s'est exprimé ce dimanche sur BFMTV. Si le 11 mai lui semble une date raisonnable pour envisager le déconfinement, le professeur Delfraissy conseille de multiples précautions.

Les Français devront-ils sortir masqués le 11 mai? Pourront-ils célébrer leurs retrouvailles? Comment éviter une seconde vague? Le président du conseil scientifique crée autour d'Emmanuel Macron a esquissé quelques pistes ce dimanche matin sur notre antenne.

Pour le professeur Jean-François Delfraissy, une fois la sortie enclenchée, le mot d'ordre sera toujours à la "précaution" alors que la France compte actuellement 19.323 morts et qu'aucun traitement n'a encore été retenu.

  • Après le déconfinement, "il faudra un dépistage massif"
"Le virus va continuer à tourner après le déconfinement. Il va y avoir de nouveaux cas chaque jour et il faudra les repérer avec notamment le dépistage massif pour faire le diagnostique au moindre symptôme", avertit le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy.

Cela passe par un déploiement important des tests RTPCR qui seront "fondamentaux pour la sortie du confinement. Aujourd'hui on en fait 35.000 par jour, on devrait pouvoir en faire 150.000 à la mi-mai", précise le professeur Delfraissy.

Ainsi, ceux qui seront détectés comme étant positifs au coronavirus devront être pris en charge en fonction de leurs besoins.

"La médecine de ville devra être très présente pour repérer ces patients, savoir s'il faut les isoler ou les laisser dans un contexte familial", explique-t-il.
  • L'accès aux masques doit être possible pour tous 
"A la sortie du confinement, à la fois pour des raisons sanitaires et sociétales, l'ensemble des Français souhaitant avoir accès à un masque de protection devra y avoir accès. Le port du masque par des personnes infectées sans le savoir permet d'éviter de contaminer les autres, c'est donc dans le but de protéger les autres", précise Jean-François Delfraissy.

En revanche, souligne-t-il, le port de masque ne garantit pas notre propre protection. C'est pourquoi son utilisation "ne doit pas faire oublier les mesures de distanciations sociales". Pour l'heure, de nombreuses inconnues demeurent autour du Covid-19, notamment sur sa survie à la saison estivale.

"On sait que dans les grands épidémies, beaucoup d'entre elles se sont réduites l'été. Puis elles sont reparties à l'automne. On sait aussi, avec le Mers survenu en Arabie Saoudite, qu'il y a eu deux ou trois poussées puis il s'est arrêté sans avoir atteint l'immunité de la population. Donc on a beaucoup d'interrogation et d'inconnues sur la manière dont va évoluer le Covid-19", rappelle le médecin spécialisé dans l'immunologie qui confie avoir "des inquiétudes". D'où l'importance de faire de la "précaution" un mot d'ordre.
  • Pendant 2 mois, "les mariages et anniversaires devront être évités"
"On a tous conscience qu'il y aura un avant et un après Covid-19. Notre vision de la vie en société va changer", présage le président du conseil scientifique.

De fait, durant les deux mois qui suivront le déconfinement, la prudence sera de mise est "les grandes réunions familiales, les mariages, les anniversaires, devront être évités", insiste Jean-François Delfraissy.

Ambre Lepoivre