BFMTV

Covid-19: Véran et l'AP-HP cherchent des soignants prêts à intervenir en Martinique et en Guadeloupe

Un premier avion partira mardi de métropole en direction des Antilles avec à son bord des soignants volontaires pour intervenir en renfort face à la forte reprise épidémique constatée sur place.

Avec des taux d'incidence de 1166 et 1419 en Martinique et en Guadeloupe, la situation sanitaire empire au fil des jours dans les Antilles. Et les confinements et évacuations de patients organisés vers la métropole ne sont pas suffisants pour contenir cette nouvelle vague épidémique.

C'est pourquoi l'AP-HP et le ministre de la Santé Olivier Véran lancent ce dimanche un appel à "la solidarité nationale" et indiquent chercher des professionnels de santé disponibles d'ici mardi pour intervenir en renforts dans les hôpitaux des deux îles, dans des messages publiés sur les réseaux sociaux.

"Soignants, médecins anesthésistes, réanimateurs, urgentistes, infectiologues, infirmiers, infirmières, notamment de réanimation, ou aides-soignants, ce message est pour vous" lance Olivier Véran dans une vidéo publiée sur Twitter.

"Nous avons besoin de vous"

Tous les moyens civils et militaires sont déjà mobilisés selon le ministre de la Santé, et "dès mardi partira de la métropole un premier avion avec à son bord des dizaines de soignants pour venir sauver des vies dans les territoires antillais".

Tous les professionnels volontaires peuvent se faire connaître auprès du chef de leur établissement, ou auprès de leur Agence régionale de santé. Transports et hébergements seront pris en charge, et la mission rémunérée.

"Je sais que vous avez déjà beaucoup donné depuis 18 mois mais là nous avons besoin de vous" déclare Olivier Véran.

Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a indiqué sur Twitter ce dimanche soir son intention de se rendre "dès mardi" en Guadeloupe et martinique "pour faire un point d'étape sur les mesures de freinage mises en place et accompagner les renforts venus de l’Hexagone".

L'appel à contribution s'adresse à toutes les régions sauf la Corse, l'Occitanie et la Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui connaissent elles-mêmes un regain épidémique et ont déclenché le plan blanc, précise de son côté l'AP-HP.

Elle indique "qu'il faudrait environ 60 à 70" volontaires en Île-de-France et précise qu'afin d'éviter d'avoir à fermer des lits dans les hôpitaux parisiens, "la priorité va à ceux qui peuvent être en congés et accepteraient de faire ces missions pendant une période de congés, conduisant un report des congés (ou à une indemnisation pour non prise de congé)".

Et l'AP-HP prévient, "la période la plus critique est probablement pour les deux semaines qui viennent".

L'Agence régionale de santé des Hauts-de-France indique quant à elle envoyer 30 soignants en renfort dès mardi pour aider les professionnels de santé sur place. Il s'agit de soignants issus d'établissements publics et privés mais aussi de professionnels libéraux.

Emilie Roussey