BFMTV

Covid-19: une application aide à retrouver l'odorat en "rééduquant" son nez

Chez certains malades du Covid-19, la perte d'odorat dure plusieurs semaines voire mois, ce qui les handicape dans la vie de tous les jours.

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, la perte de l'odorat est devenue le signe d'une contamination presque certaine par le coronavirus. Ce symptôme dure en général une dizaine de jours, mais chez certains, il persiste plusieurs mois, handicapant leur quotidien.

L'application gratuite "Covid anosmie", lancée ce mardi, permet d'évaluer sa perte d'odorat post-Covid grâce à des questionnaires et de rééduquer son nez. Le protocole proposé a été crée avec des chirurgiens ORL, des neurobiologistes et "la plus grande association française de patients anosmiques, Anosmie.org", explique sur BFMTV Fabrice Denis, professeur d'e-santé à la faculté Paris Centre.

Il s'agit d'une "rééducation olfactive qui fait appel en fait à l'inhalation d'huiles essentielles à haute concentration", explique-t-il. Ses essais cliniques suggèrent "dans les formes de perte d'odorat post-infectieuse, comme c'est le cas avec le Covid, de pouvoir accélérer la récupération dans plus de deux tiers des cas".

Quatre huiles essentielles spécifiques

"Le protocole, repose sur l’inhalation deux fois par jour de 4 huiles essentielles spécifiques à forte concentration jusqu’à récupération et pendant 16 semaines au maximum avec une visualisation hebdomadaire des résultats", explique dans un communiqué l'association Anosmie.org.

Les quatre huiles essentielles (payantes) à se procurer sont: clou de girofle, eucalyptus, citron, géranium. Des senteurs choisies par l'association qui "nous a aidé à cerner le meilleur spectre d'odeurs qui pouvait se rapprocher en un minimum de parfums d'un maximum d'odeurs à redécouvrir, redétecter, pour réhabituer le cerveau", explique Fabrice Denis.

La perte d'odorat à la suite d'infections existait déjà avant le Covid, des systèmes de rééducation olfactive ont donc déjà été développés ces dernières années. Le principe de la rééducation olfactive est de "faire sentir des choses odorantes au patient. On fait travailler la mémoire olfactive", expliquait en novembre à BFMTV.com l'ORL Duc Trung Nguyen, qui s'est spécialisé dans l'étude de l'odorat.

Avec l'épidémie, "on aura bientôt un million de personnes en France qui auront une perte d'odorat quasi complète, ce qui peut poser d'énormes problèmes sur le plan de la qualité de vie, notamment pour les personnes travaillant dans le parfum, les oenologues, mais même tout un chacun pour déjeuner, dîner etc... Il y a vraiment une grande difficulté à perdre un des cinq sens", rappelle Fabrice Denis.

Une étude encore en cours

Dans le cas du Covid-19, l'anosmie est provoquée par "l'attaque du virus directement sur le bulbe olfactif, cette zone au-dessus du nez composée de neurones qui vont transmettre les informations des odeurs vers le cerveau. Cette zone est bien amochée par l'attaque du virus", explique-t-il.

Mais plusieurs aspects du Covid-19, et de la perte d'odorat qui en découle, restent encore à mieux comprendre. Participer à cette rééducation pourra permettre d'en savoir plus sur le type d'anosmie entraîné, mais aussi sur les effets de la rééducation. La page du site précise bien que l'efficacité de la méthode "pour améliorer les troubles de l’odorat liés à la COVID-19 est en cours d’évaluation".

L'efficacité de cette application et son évaluation clinique vont "être conduites au fil des mois pour mesurer l'impact de cette rééducation sur la durée de récupération et sur l'intensité de la rééducation", précise Fabrice Denis.
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV