BFMTV

Pour le Pr Juvin, Castex "a eu raison d'être alarmiste parce que la situation est alarmante" en Île-de-France

Le Premier ministre Jean Castex a décrit, sur BFMTV ce mardi soir, "une situation préoccupante et critique" en Île-de-France, n'excluant pas un reconfinement de la région.

Le professeur Juvin, chef des urgences d'un hôpital parisien, a estimé que le Premier ministre Jean Castex avait "eu raison d'être alarmiste" au sujet de la situation sanitaire en Île-de-France lors de son interview sur BFMTV ce mardi "parce que la situation est alarmante". Sur notre antenne ce jeudi soir, Jean Castex a estimé que la question d'un confinement partiel de la région parisienne était sur la table.

"À la différence du mois de mars, il n'y a pas de tsunami (de patients Covid) qui nous arrive aux urgences mais il y a un flux de patients qui n'a jamais vraiment cessé depuis la fin du confinement d'octobre novembre", a décrit le professeur Philippe Juvin, chef du service des urgences de l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, mais aussi maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

"Il ne reste plus que le confinement"

Aux urgences, on voit qu'on a jamais décroché" sur le nombre de patients à l'hôpital, a poursuivi sur notre antenne le chef du service des urgences de l'établissement parisien. "C'est vrai qu'on a toujours été sur un plateau haut et là on est en train de le payer".

Désormais, "les mesures, vous les connaissez", a-t-il poursuivi. "On a pas ouvert de lits de réanimation depuis un an, car ceux qu'on a ouvert, on les a en réalité pris en dehors des services de réanimation. On n'a pas d'augmentation de nos capacités hospitalières, on a pas la capacité de vacciner massivement, et bien il ne reste plus que le confinement".

Ce mardi soir sur BFMTV, Jean Castex a affirmé que le "moment était venu pour envisager des dispositions pour la région parisienne" où "les données sont réunies" pour un éventuel reconfinement. "On est dans une situation préoccupante et critique et, très clairement, des mesures du type de celles auxquelles on a eu recours dans les autres parties du territoire sont sur la table ce soir".

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV