BFMTV

Covid-19: les ados pourront-ils bientôt être vaccinés? BioNTech envisage une homologation dès juin

Illustration de seringues à côté du logo des laboratoires Pfizer et BioNTech, le 17 novembre 2020.  (photo d'illustration)

Illustration de seringues à côté du logo des laboratoires Pfizer et BioNTech, le 17 novembre 2020. (photo d'illustration) - JUSTIN TALLIS © 2019 AFP

Le laboratoire BioNTech a jugé possible que son vaccin contre le Covid soit homologué d'ici à juin dans l'UE pour les 12-15 ans. Il n'est pour l'instant autorisé que pour les plus de 16 ans.

Le laboratoire allemand BioNTech est sur le point de déposer dans l'Union européenne une demande d'autorisation pour l'utilisation de son vaccin contre le Covid-19 chez les enfants de 12 à 15 ans, rendant possible une homologation dès juin.

"En Europe, nous en sommes aux dernières étapes avant de soumettre" les données des essais cliniques à l'Agence européenne des médicaments (EMA) et la validation devrait prendre entre quatre et six semaines, a indiqué le co-fondateur et directeur de l'entreprise, Ugur Sahin, au magazine allemand Spiegel.

Un vaccin "bien toléré" chez les ados

Ce vaccin est pour le moment autorisé seulement pour les personnes âgées de 16 ans au moins. Aux États-Unis, BioNTech et son partenaire Pfizer ont déposé début avril déjà une demande d'extension de l'autorisation en urgence du vaccin aux adolescents âgés de 12 à 15 ans.

Les demandes d'autorisation se fondent sur les données des essais cliniques de phase 3 sur cette tranche d'âge publiés fin mars, "qui ont démontré une efficacité de 100%" pour prévenir la maladie, selon les laboratoires

Le vaccin a également été "bien toléré et les effets secondaires étaient généralement cohérents avec ceux observés" chez les personnes âgées de 16 à 25 ans, ont ajouté Pfizer et BioNTech vendredi.

Une immunité collective possible d'ici fin août en Europe?

Pour les enfants de 5 à 12 ans, Ugur Sahin continue de tabler sur des résultats de l'étude clinique en juillet et reste "en bonne voie" pour une autorisation d'ici la rentrée de septembre.

Les résultats d'une étude sur les enfants encore plus jeunes pourraient être disponibles à partir de septembre. "La validation dure entre quatre et six semaines", a précisé Ugur Sahin.

Ce mercredi, le co-fondateur, avec sa femme, du laboratoire de Mayence avait estimé possible une "immunité collective" en Europe "en juillet, au plus tard en août" et affirmé sa "confiance" dans l'efficacité du vaccin contre le variant dit indien du coronavirus.

S.B.M avec AFP