BFMTV

Le laboratoire BioNTech est "confiant" dans l'efficacité de son vaccin contre le variant indien

BioNTech estime que son vaccin contre le Covid est efficace contre le variant indien.

BioNTech estime que son vaccin contre le Covid est efficace contre le variant indien. - JUSTIN TALLIS © 2019 AFP

Le laboratoire BioNTech s'est dit ce mercredi "confiant" dans l'efficacité de son vaccin contre le variant indien du Covid. Le patron du laboratoire a confirmé que son vaccin produisait une "réponse immunitaire suffisante" sur 30 variants.

Le patron du laboratoire BioNTech, Ugur Sahin, s'est dit ce mercredi "confiant" dans l'efficacité de son vaccin contre le variant indien du Covid-19 qui suscite l'inquiétude au moment où l'Inde est débordée par une flambée épidémique.

Si des "tests" sont encore en cours, "le variant indien présente des mutations que nous avons déjà étudiées et contre lesquelles notre vaccin agit, ce qui nous rend confiant", a expliqué Ugur Sahin lors d'une conférence de presse en ligne.

Le variant B.1.617, plus communément appelé variant indien du fait de sa première occurrence en Inde, a été détecté dans "au moins 17 pays", dont le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la Belgique, la Suisse ou encore l'Italie, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Une réponse immunitaire suffisante" sur 30 variants

En Inde, le nombre de morts du coronavirus a dépassé ce mercredi les 200.000 en 24 heures alors que l'aide internationale a commencé à affluer.

"Le bastion" que la vaccination constitue contre le Covid-19 "va tenir, j'en suis persuadé" a ajouté Ugur Sahin.

BioNTech a déjà testé son vaccin, développé avec le groupe américain Pfizer, sur plus de 30 variants, obtenant à chaque fois au moins une "réponse immunitaire suffisante", a-t-il ajouté.

Le directeur de la start-up allemande, spécialisée dans l'ARN messager et devenue pionnière mondiale de l'immunisation, a également annoncé que son vaccin, utilisé dans l'UE et aux Etats-Unis depuis décembre dernier, devrait bientôt obtenir l'homologation des autorités sanitaires chinoises.

"Il reste quelques questions ouvertes auxquelles nous répondons" et "une autorisation d'ici juillet est très probable", a détaillé le scientifique.

"Bon travail" de la Commission européenne

Il s'est également déclaré favorable à des assouplissements des restrictions pour les personnes vaccinées, mais "cela ne devrait pas arriver trop vite, sinon on crée de la jalousie". Quand 50 à 60% des Européens seront vaccinés fin mai ou courant juin, de tels assouplissements, "scientifiquement sensés", "atteindraient une large part de la population", a fait valoir Ugur Sahin.

Le co-fondateur, avec sa femme, et directeur du laboratoire de Mayence s'attend ainsi à une immunité collective en Europe "au plus tard en août".

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'était dite la semaine dernière optimiste sur le fait que l'UE disposera de suffisamment de doses "pour vacciner 70% de la population adulte de l'Union européenne dès juillet".

L'exécutif européen a d'ailleurs, selon Ugur Sahin, fait "du très bon travail" dans les négociations autour des livraisons de vaccins, étant donné que "27 pays avaient chacun leur avis".

"Je trouve bien que l'UE exporte également des vaccins, car l'immunité collective en Europe sera atteinte en juillet, au plus tard en août", a noté le PDG. "C'est une tâche pour l'humanité, car cela ne sert à rien si les européens sont en sécurité et que de nouveaux variants viennent de pays où le virus circule encore." Le vaccin de BioNTech/Pfizer nécessitera par ailleurs un rafraichissement, entre six et neuf mois après la deuxième injection, puis "tous les 12 à 18 mois".

S.B.M avec AFP