BFMTV

Covid-19: le port du masque n'est pas obligatoire pour les femmes qui accouchent

Une femme enceinte (illustration)

Une femme enceinte (illustration) - Anthony WALLACE © 2019 AFP

De nombreux témoignages de femmes avaient fait état d'une obligation de porter un masque au cours de leur accouchement.

Alors que les témoignages de femmes obligées d'accoucher en portant un masque affluent depuis plusieurs mois, que ce soit sur BFMTV ou via la page Facebook du Collectif Tou.te.s contre les violences gynécologiques et obstétricales notamment, le gouvernement a indiqué ce lundi que le port du masque n'était pas obligatoire pour les mères en ces circonstances.

>> EN DIRECT - Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus

Le communiqué conjoint du ministre de la Santé Olivier Véran, du secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles Adrien Taquet et de la ministre déléguée chargée de l'Egalité entre les Femmes et les Hommes Elisabeth Moreno, met un terme au flou qui régnait jusque-là sur ce point précis, les pratiques semblant varier d'une maternité à une autre.

"La naissance doit rester un moment privilégié"

"Les ministres souhaitent rappeler, aux côtés du CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français, NDLR) et du HCSP (Haut conseil de la santé publique, NDLR), que le port du masque chez la femme qui accouche est souhaitable en présence des soignants mais qu'il ne peut en aucun cas être rendu obligatoire", affirme ce communiqué.

"La naissance doit rester un moment privilégié même dans ce contexte d'épidémie sachant que chacun doit être attentif au respect des consignes de sécurité données par les personnels des maternités", indique également le texte.

"Source d'anxiété"

Selon un rapport du Collectif Tou.te.s contre les violences gynécologiques et obstétricales sur la grossesse, l'accouchement et le post-partum pendant l'épidémie de Covid-19 publié en juillet dernier, 46% des femmes ont déclaré avoir dû porter un masque au cours de leur accouchement en raison de l'épidémie de Covid-19.

"Le port du masque est toujours très mal vécu: tant sur le plan physiologique où il peut être source de complications (empêchant une bonne prise d’air pour accompagner la poussée), que sur le plan psychologique: une source d’anxiété et une dimension déshumanisante", indiquait ce rapport.

Un accouchement "le moins traumatisant possible"

Interpellé sur ces témoignages de femmes le 8 octobre dernier sur BFMTV, Olivier Véran avait refusé de trancher dans l'immédiat la question du port du masque au cours de l'accouchement: "Je ne tranche pas une question comme celle-ci sur un plateau TV", avait-il opposé.

Le ministre des Solidarités et de la Santé avait fait part de son intention de saisir le CNGOF et le HCSP, précisant avoir "besoin d'être éclairé" pour "ce genre de problématique".

Le médecin de formation avait également déclaré qu'"il ne lui paraî(ssait) pas complètement incohérent de continuer à se protéger" tout en considérant qu'il fallait faire tout ce qui était en notre possible pour que l'accouchement soit "un événement le moins traumatisant possible".

Clarisse Martin Journaliste BFMTV