BFMTV
en direct

Covid-19: un nouveau Conseil de défense se tiendra jeudi à l'Elysée

(photo d'illustration)

(photo d'illustration) - PATRICK HERTZOG © 2019 AFP

La perspective d'un vaccin contre le Covid-19 se dessine, après quePfizer a assoné que son candidat réduisait de 90% le risque de tomber malade du virus. Mais les spécialistes restent prudents.

Gestion du Covid-19: le parquet de Paris annonce avoir ouvert quatre informations judiciaires

Quatre informations judiciaires ont été ouvertes mardi sur la gestion critiquée de la crise du Covid-19 en France, a annoncé mardi le parquet de Paris dans un communiqué.

Cinq mois après avoir ouvert une vaste enquête préliminaire, le pôle Santé publique du parquet de Paris a décidé de transmettre ses investigations à des juges d'instruction dans quatre informations judiciaires distinctes.

Elles ont été ouvertes contre X pour "abstention volontaire de combattre un sinistre", "mise en danger de la vie d'autrui" et "homicides et blessures involontaires".

De nouvelles restrictions à Roubaix

Sur demande du maire de Roubaix, le préfet du Nord a pris un arrêté imposant de nouvelles restrictions dans la ville. A partir de ce mardi, les commerces d'alimentation générale ou spécialisés devront ainsi fermer de 21h à 6h. L'arrêté du préfet interdit également aux mêmes horaires les livraisons et ventes à emporter sur le territoire de la commune, ainsi que la vente et consommation d'alcool sur la voie publique.

Des "déplacements et des regroupements de personnes" ont été constatés aux abords de certains établissements par les services de police, justifie la préfecture.

La situation sanitaire est "particulièrement dégradée" notent aussi les autorités. Roubaix affiche un taux d'incidence de 1444 cas pour 100.000 habitants, un indicateur "100 fois supérieur au seuil national de vigilance".

9,58% d'enseignants grévistes ce mardi

Le mouvement de "grève sanitaire" lancé ce mardi à l'école est-il suivi? Le ministère de l'Éducation nationale annonce avoir recensé 9,58% de grévistes chez les enseignants - 8,78% au primaire, 10,36% dans le secondaire (collège et lycée).

Trois scénarios possibles selon Attal

Dans la suite de son point presse, le porte-parole du gouvernement a souligné que ce jeudi, Jean Castex aurait le choix entre trois scénarios pour la suite du confinement.

"Il y a trois scénarios possibles: maintien de confinement, durcissement ou allègement des mesures. Il est encore trop tôt pour dire", a-t-il souligné.

Gabriel Attal pointe les "premiers signaux" du confinement

Lors d'un point presse tenu ce mardi à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué que de "premiers signaux indiquent un début d'effets liés aux mesures prises." Toutefois, ce dernier a appelé à "rester prudents."

Gabriel Attal a également confirmé que Jean Castex s'exprimera ce jeudi en fin de journée.

Le patronat veut la réouverture des commerces fermés au plus vite

Le Medef et la CPME demandent la réouverture au plus vite des commerces dits non essentiels, malgré le nouveau confinement.
"La bonne solution, c'est de rouvrir tous les commerces, le plus rapidement possible. On ne peut pas passer le mois de décembre avec des magasins fermés. Ce serait un tsunami économique", assure ainsi dans Le Monde le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, disposé à ce que la réouverture s'accompagne de mesures "plus strictes".

"Si on ne rouvre pas dans les prochaines semaines, la sinistralité va monter en flèche", a pour sa part déclaré son homologue à la CPME François Asselin, interrogé par France Inter sur une réouverture possible au 1er décembre.

Les commerces jugés non essentiels ont été fermés dans le cadre du reconfinement. Le gouvernement leur a promis une "clause de revoyure" jeudi pour évaluer les possibilités de réouverture, mais selon un cadre de la majorité, il semble peu probable que la situation sanitaire permette déjà un allègement des restrictions.

Castex tiendra une nouvelle conférence de presse jeudi à 18h

Une conférence de presse consacrée à l'épidémie de Covid-19 se tiendra jeudi à 18h en présence du Premier ministre Jean Castex, indique Matignon ce mardi.

Nouveau Conseil de défense jeudi à l'Elysée

Un nouveau Conseil de défense consacré au Covid-19 se tiendra à l'Elysée jeudi dans la matinée a appris BFMTV de sources concordantes.

Yannick Jadot favorable à un vaccin obligatoire

Le député européen écologiste Yannick Jadot s'est dit ce matin favorable à rendre le vaccin contre le Covid-19 obligatoire, au lendemain de l'annonce par Pfizer et BioNTech de l'efficacité de leur candidat-vaccin, selon des résultats préliminaires.

"Oui", a répondu l'élu EELV sur France Info à une question sur l'obligation d'une vaccination contre le virus. "À partir du moment où le vaccin sera là, j'espère que tout le monde ira se faire vacciner," a-t-il ajouté.

Certains membres du parti écologiste, comme la député européenne Michèle Rivasi, ont pourtant affiché leurs réserves voire leur opposition à une vaccination obligatoire. "Ok, il y a Michèle Rivasi, et puis il y 99,99% des autres," au sein du parti, a répondu Yannick Jadot, ajoutant rapidement que "Michèle Rivasi est pour la vaccination".

"Je ne doute pas" qu'EELV soit "favorable à la vaccination", a poursuivi Yannick Jadot. "On peut pas se permettre aujourd'hui d'allonger la période de confinement, la période d'affaissement culturel, social, économique de notre pays", a-t-il plaidé.

L'épidémiologiste Yves Buisson appelle au confinement "adapté" au lien d'un déconfinement

Invité ce mardi matin à l'antenne de BFMTV, Yves Buisson, épidémiologiste et président du groupe Covid-19 à l’Académie nationale de médecine s'est montré pessimiste quant à un possible déconfinement dans les semaines à venir.

"Je crois qu’il y a un mot qu’il faut oublier c’est le mot déconfinement. Il n’est plus question de déconfiner, il est question d’adapter le confinement pour les mois qui viennent. On l’a bien compris et il faut tirer les leçons du passé, quand on déconfine le virus circule toujours, on va avoir un rebond épidémique", analyse-t-il.

Pour lui, il convient de ne pas refaire les erreurs du premier déconfinement, qui remonte au 11 mai dernier.

"Il faut aménager le confinement de façon à se permettre une vie normale, aux commerces de fonctionner, à la vie économique de repartir, mais ne pas déconfiner largement et n’importe comment comme cela a été fait car on est sûrs du résultat, l’épidémie repartira", assure-t-il encore.

Faut-il décaler les régionales? Larcher pas hostile à un report en juin

Le président (LR) du Sénat Gérard Larcher a donné son blanc-seing à un report des élections régionales en juin 2021, en plaidant pour une "expression apaisée de la démocratie" dans le contexte de crise sanitaire.

Le rapport de l'ancien président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré sur un éventuel report des régionales et départementales, initialement prévues en mars 2021, en raison de l'épidémie de Covid-19 sera remis ce vendredi à Jean Castex.

Dans un entretien au Figaro, Gérard Larcher qu'"il faut que nous nous préparions à l'éventualité de voter 'en vivant avec le virus'". "Même si le respect des dates est préférable en démocratie, je ne suis pas opposé à un report du scrutin à la fin du printemps pour des raisons sanitaires", ajoute-t-il.

Il souligne toutefois avoir "dit au président de la République et au Premier ministre" que cela doit être fait "sans arrière-pensée": "le temps n'est pas aux calculs politiques, mais à l'expression apaisée de la démocratie dans un univers sanitaire, économique et social compliqué".

Il faudra du temps pour convaincre les Français de se faire vacciner, selon un récent sondage

C'est un autre enseignement du sondage Ipsos sur l'attitude des habitants de 15 pays vis-à-vis d'un futur vaccin contre le Covid: parmi les personnes interrogés, les Français sont ceux qui mettraient le plus de temps à être convaincus avant une éventuelle injection.

Seuls 38% des Français disent qu'ils se feraient vacciner dans les 3 mois après la commercialisation de cet éventuel vaccin - le taux le plus bas recensé dans cet étude avec l'Espagne. Dans l'Hexagone, 6% des sondés attendraient entre 1 et 2 ans, 11% plus de 2 ans. 30% disent ne pas pouvoir répondre avec certitude à cette question.

Les Français peu enclins à l'idée de se faire vacciner

C'est une tendance qui se confirme. Quelques jours avant les annonces de Pfizer, l'institut Ipsos a publié un nouveau sondage sur l'attitude des habitants de 15 pays, dont la France, vis-à-vis d'un éventuel futur vaccin contre le Covid-19. Et c'est dans l'Hexagone que la population est la plus rétive à l'idée de se faire vacciner.

"Si un vaccin pour le Covid-19 était disponible", seuls 54% des Français disent qu'ils seraient prêts à se faire vacciner - loin derrière l'Inde (87%), la Chine (85%), la Corée du Sud (83%), le Brésil (81%) ou l'Australie et le Royaume-Uni (79%). Cette tendance est même en baisse de 5 points par rapport à une précédente étude, menée en août par Ipsos.

Des enseignants en "grève sanitaire" ce mardi, pour un protocole renforcé partout

Malgré un renforcement du protocole sanitaire dans les lycées pour enrayer la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, plusieurs syndicats d'enseignants ont maintenu leur appel à la grève ce mardi, notamment pour que les collèges bénéficient des mêmes mesures.

Confronté à la grogne naissante de ses personnels, le ministre de l'Éducation avait annoncé la semaine dernière de nouvelles mesures pour limiter les risques de contamination dans les lycées, notamment en autorisant davantage de cours à distance, à condition de conserver au moins 50% d'enseignement en présentiel pour chaque élève.

Malgré cela, une intersyndicale (FSU, FNEC-FP-FO, CGT, Educ'action, SNALC, SUD et SNCL-FAEN) a appelé à cesser le travail. Elle estime notamment que la "situation actuelle nécessite la présence massive et urgente de personnels dans les écoles, collèges, lycées" et demande au ministère de "procéder dès à présent au recrutement de personnels, en particulier en ayant recours aux listes complémentaires des concours".

Pfizer relance les espoirs d'un vaccin

Bientôt un vaccin contre le Covid-19? L'annonce de Pfizer ce lundi suscite en tout cas déjà beaucoup d'espoirs: le groupe pharmaceutique a affirmé, selon des résultats préliminaires, que son candidat réduisait de 90% le risque de tomber malade du virus.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a jugé l'annonce "encourageante". Mais on ignore encore si le vaccin confère une immunité longue contre le coronavirus.

"Les résultats ont été présentés deux semaines après la deuxième dose donc ce sont des résultats à très court-terme", commente pour BFMTV Frédéric Adnet, chef des urgences de l'hôpital Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis). "Il faut être sûr que ce vaccin est efficace à plus long-terme, que l'immunité dure au moins un an pour peut-être faire des rappels tous les ans comme pour la grippe."

La majeure partie du Portugal a connu son premier soir de couvre-feu

Sous état d'urgence sanitaire, la majeure partie du Portugal a connu lundi son premier soir de couvre-feu, dernière mesure en date pour freiner la multiplication des cas de coronavirus,; jugée "catastrophique" par les restaurateurs et les commerçants du centre de Lisbonne.

"C'est impossible de maîtriser la pandémie sans perturber la vie des gens et l'économie", a reconnu le Premier ministre socialiste Antonio Costa lors d'une entretien à la chaîne TVI, alors que le bilan quotidien a pour la première fois dépassé la barre des 60 morts.

Depuis 23h00 heure locale, plus de 7 millions de Portugais résidant dans les 121 municipalités considérées "à risque élevé" ont dû respecter une "interdiction de circuler sur la voie publique" en vigueur jusqu'à 5h00 du matin. Pendant au moins deux semaines, ce couvre-feu commencera dès 13h00 le samedi et le dimanche, sauf pour ceux qui travaillent ou en cas de force majeure.

"Le pic de l'épidémie est devant nous"

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Ce lundi a été annoncé le bilan quotidien le plus lourd depuis le début de la deuxième vague: 551 personnes atteintes de Covid-19 sont mortes à l'hôpital ces dernières 24 heures.

La tension sur le système de soins continue d'augmenter, même si des premiers signes encourageants sont apparus concernant la circulation du virus.

"Le pic de l'épidémie est devant nous, la 2e vague progresse toujours", a prévenu le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Mais il a observé "une progression plus lente" de l'épidémie "partout où ont été appliquées des mesures de freinage précoce, en particulier le couvre-feu".
BFMTV