BFMTV

Covid-19: l'Allemagne recommande d'injecter du Pfizer ou du Moderna après une dose d'AstraZeneca

Pour les autorités allemandes, un mélange de vaccin entre AstraZeneca et Pfizer ou Moderna augmenterait l'efficacité du schéma vaccinal.

Pour les autorités allemandes, un mélange de vaccin entre AstraZeneca et Pfizer ou Moderna augmenterait l'efficacité du schéma vaccinal. - THOMAS KIENZLE © 2019 AFP

Selon les autorités sanitaires allemandes, les personnes ayant reçu une première dose d'AstraZeneca doivent recevoir une deuxième dose en ARN messager pour davantage d'efficacité.

Mélanger deux vaccins, une solution pour combattre plus efficacement le Covid-19 ? C'est en tout cas ce qui ressort des préconisations des autorités sanitaires allemandes. Ce vendredi, le ministre de la Santé allemand Jens Spahn a annoncé que les personnes ayant reçu une première dose du vaccin AstraZeneca "devraient recevoir un vaccin à ARN messager comme deuxième dose, quel que soit leur âge".

Le comité allemand en charge de la vaccination avait annoncé jeudi que "les résultats des études actuelles" montrent que la réponse immunitaire après un mix de vaccins "est clairement supérieure."

L'Allemagne devient ainsi l'un des premiers pays à recommander officiellement et vivement aux personnes ayant reçu une première dose du vaccin AstraZeneca de recevoir un vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna comme deuxième dose. Déjà en juin, la chancelière allemande Angela Merkel avait ouvert la voie à ce type de recommandation, en recevant une deuxième dose de Moderna, après une première dose AstraZeneca. Les autorités canadiennes avaient également considéré mi-juin comme "préférable" un mix avec un vaccin à ARN messager, après une première injection d'AstraZeneca.

Réponse immunitaire robuste

Une étude menée par des chercheurs de l'Université d'Oxford et publiée le 28 juin a révélé que "des doses alternées des vaccins Oxford-AstraZeneca et Pfizer-BioNTech génèrent des réponses immunitaires robustes contre le Covid-19". Selon eux, le schéma vaccinal mixte aurait démontré la présence de nombreux anticorps contre le Covid-19.

Si une autre étude avait d'abord montré que le mélange de vaccins pouvait également induire des effets secondaires plus importants, toujours est-il que bon nombre de personnes ont été contraintes à ce mélange, à la suite de changements dans les recommandations entourant les vaccins. Rien qu'en France, où depuis le 19 mars le vaccin AstraZeneca est réservé aux plus de 55 ans, ce sont plus de 500.000 personnes qui ont reçu une première dose du vaccin suédo-britannique et qui doivent désormais recevoir un vaccin à ARN Messager, Pfizer-BioNtech ou Moderna, en seconde dose.

Jeudi, l'Agence européenne du médicament a déclaré dans un point de presse que, bien qu'elle ne soit "pas en mesure de faire une recommandation définitive sur l'utilisation de différents vaccins Covid-19 pour les deux doses", il existe une "forte justification scientifique" derrière cette approche.

Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale l'AEM, a déclaré que l'agence était "consciente des résultats préliminaires des études menées en Espagne et en Allemagne" qui "montrent que cette stratégie permet d'obtenir une réponse immunitaire satisfaisante et ne pose aucun problème de sécurité."

Tout en faisant aussi référence aux récentes données d'Oxford, Marco Cavaleri a déclaré que l'Agence européenne du médicament continuerait à examiner les données au fur et à mesure qu'elles seraient disponibles.

Louis Augry