BFMTV
Santé

Covid-19: Gabriel Attal liste "des raisons d'être optimistes" dans la lutte face à l'épidémie

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 12 janvier 2022 à Paris

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 12 janvier 2022 à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Le porte-parole du gouvernement a reconnu ce dimanche qu'on n'assistait pas encore à une "décrue globale" de l'épidémie. Mais il a mis en exergue des tendances incitant selon lui à l'optimisme devant la crise sanitaire.

Interrogé au sujet du Covid-19, de la crise sanitaire à laquelle il donne lieu en France et des réponses apportées par le gouvernement, son porte-parole a déclaré qu'il n'était "ni 'rassuriste', ni 'enfermiste'" mais "réaliste". Et même "optimiste", a-t-il bientôt ajouté. Invité ce dimanche de l'émission Questions politiques de France Info et France Inter en partenariat avec Le Monde, Gabriel Attal a assuré que nous avions désormais "des raisons d’être optimistes sur la suite" de la lutte contre le coronavirus.

Progression au plan national mais "décrue nette" de Delta

"C’est vrai qu’il n’y a pas de décrue globale de l’épidémie", a-t-il pourtant admis en préambule, chiffrant: "Le nombre de cas détectés chaque jour a continué à augmenter, je crois qu’on est à 350.000 cas en moyenne détectés chaque jour". Samedi au soir, à titre d'exemple, l'agence Santé Publique France a même relevé 389.000 nouveaux signalements environ.

"On constate en revanche une décrue nette pour le variant Delta et qu’il y a un début de baisse en réanimation", a toutefois contré le porte-parole du gouvernement qui en a tiré un enseignement: "C’est évidemment lié à la diminution du variant Delta." Dans son dernier bilan, Santé Publique France a compté 3746 patients en réanimation: c'est 46 de moins qu'il y a une semaine.

Omicron recule dans les régions de ses premières flambées

Gabriel Attal s'est ensuite attardé sur les cas liés au variant Omicron. "On constate aussi que le variant Omicron continue de se développer au plan national", a-t-il d'abord annoncé, avant de poursuivre: "Mais que dans les régions où il a commencé le plus tôt – notamment l’Île-de-France – il y a maintenant une décrue depuis une dizaine de jours".

"Donc ça nous donne des raisons d’être optimistes sur la suite", a-t-il alors achevé.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV