BFMTV
Santé

Covid-19: faut-il se faire tester entre les fêtes?

Depuis Noël, et en vue du Nouvel An, les Français sont nombreux à se déplacer vers les points de dépistage. Une précaution qu'approuvent les scientifiques.

Comme avant Noël, les Français se déplacent en nombre vers les points de dépistage en vue de la Saint-Sylvestre. Car si le couvre-feu sera en place pour la nuit du Nouvel an, entre 20h et 6h du matin, et si les rassemblements de plus de six personnes seront interdits, une large part de la population compte bien se retrouver entre amis pour fêter le passage à 2021. Dans cette optique, les experts approuvent le réflexe poussant nos concitoyens à subir cet examen de contrôle.

Par acquit de conscience

A Bordeaux, une dame confie au micro de BFMTV: "Nous sommes retraités mais aidants de plusieurs personnes très âgées, nos parents, et ça nous semblait important avant de les retrouver pour les fêtes de fin d’année." Mais ce sont les jeunes qui fournissent un contingent particulièrement important dans les stands de test:

"Je suis venu aux Halles pour me faire tester pour le Covid car je vais bientôt fêter le Nouvel An avec mes amis, c’est pour vérifier que je n’ai rien", justifie ainsi devant nos caméras Nathan, dont le test se révèlera négatif un gros quart d'heure plus tard. "Si mes tests sont négatifs, je saurais que je ne fais pas courir de danger aux gens", appuie un autre.

Prendre garde à la saturation

Karine Larrey, infirmière libérale bordelaise, juge l'affluence positivement: "Maintenant, des gens se font tester pour les fêtes et c’est vachement bien que les jeunes se fassent tester car à mon avis ils seront un petit peu plus de six."

La virologue et membre du syndicat des jeunes biologistes, Stéphanie Haïm Boukobza, a quant à elle estimé sur BFMTV:

"Si à Noël on a été en contact avec beaucoup de personnes, ou avec des personnes qui se sont avérées positives plus tard, il faut compter quatre ou cinq jours après le contact pour se faire tester donc on peut estimer que cette semaine il est possible de se faire tester."

Elle a toutefois apporté un bémol: "Les laboratoires ne sont pas encore embolisés (saturés, NDLR), donc il y a de la capacité pour se faire tester. Mais s’ils le deviennent il faudra vraiment réserver les tests aux cas symptomatiques et aux cas contacts."

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV