BFMTV

Covid-19: ces pays européens qui rouvrent les lieux fermés

Des clients à la terrasse des bars, dans le quartier de Soho, le 12 avril 2021 à Londres

Des clients à la terrasse des bars, dans le quartier de Soho, le 12 avril 2021 à Londres - Tolga Akmen © 2019 AFP

De nombreux gouvernements ont pris la décisions d'un allègement des mesures de lutte contre la maladie, alors même que le coronavirus circule fortement sur leurs territoires.

Vers de nouveaux horizons pour les Français? Ce jeudi, Emmanuel Macron présidera une réunion pour examiner les protocoles de réouverture des lieux fermés à cause de la crise du Covid-19. En compagnie de plusieurs ministres, le président de la République devrait entre autres aborder les possibles protocoles qui seront mis en place pour l'occasion sur le territoire.

Dans son allocution du 31 mars, Emmanuel Macron avait annoncé la réouverture "avec des règles strictes" à partir de la mi-mai de terrasses de bars et restaurants et de certains lieux de culture fermés depuis le 30 octobre.

La France n'est d'ailleurs pas le seul pays a vouloir retrouver sa vie d'avant. En Europe, plusieurs nations ont déjà amorcé des allégements de leurs restrictions et plusieurs réouvertures ont déjà eu lieu.

• Belgique

Outre-Quiévrain, cafés et restaurants de Belgique, contraints de fermer fin octobre en raison de la pandémie de coronavirus, pourront rouvrir leurs terrasses le samedi 8 mai en limitant le nombre de consommateurs par table, a indiqué mercredi le Premier ministre Alexander De Croo. Ces allégements ont été décidés en concertation avec les chefs des exécutifs régionaux alors que le secteur réclamait de pouvoir reprendre son activité à l'intérieur et à l'extérieur le 1er mai.

En outre, ce dernier a annoncé que les frontières du pays, qui étaient closes depuis janvier passé, devraient rouvrir dès ce lundi pour des motifs non-essentiels ou pour un séjour touristique. Pour les déplacements hors de l'UE les règles européennes restent en application.

La date du lundi 19 avril correspond à la rentrée scolaire après les congés de Pâques, pour lesquels le gouvernement belge souhaitait, comme en février, éviter au maximum les déplacements de sa population à l'étranger.

Désormais se déplacer dans l'UE sera possible mais les voyageurs belges feront l'objet d'"un suivi très strict" à leur retour, selon le Premier ministre. Pour les retours de "zone rouge", des tests resteront obligatoires aux premier et septième jours ainsi que l'observation d'une quarantaine, avec si besoin des contrôles de police à domicile

• Suisse

En terre helvète, des allègements sont également à attendre dans les heures à venir. Malgré une mauvaise situation épidémiologique, la Suisse va rouvrir lundi ses terrasses de restaurant, ses cinémas ou ses salles de sport, contrairement à ce qui se passe dans une bonne partie de l'Europe.

"À compter du lundi 19 avril, moyennant certaines restrictions, il sera de nouveau possible d'organiser des manifestations accueillant du public, par exemple dans les stades, les cinémas ou les salles de concert et de théâtre. Les activités sportives et culturelles à l'intérieur seront aussi à nouveau autorisées, y compris certaines compétitions. Enfin, les restaurants pourront rouvrir leurs terrasses", a indiqué le Conseil fédéral dans un communiqué.

Pourtant, le gouvernement fédéral reconnaît que "la situation épidémiologique reste fragile et s'est même détériorée ces dernières semaines" et qu'il est trop tôt pour mesurer l'impact des fêtes de Pâques sur la dynamique de la pandémie dans le pays alpin.

Alain Berset, le conseiller fédéral en charge de la santé a toutefois rendu un hommage vibrant à la population, estimant que grâce au comportement responsable de la majorité des Suisses, il avait été possible d'alléger progressivement les restrictions imposées en février face à une situation qui se dégradait fortement.

• Royaume-Uni

Lundi passé a été un jour extrêmement attendu outre-Manche. Ce jour-là, après de longues semaines de patience, les Britanniques entament la deuxième phase de leur déconfinement et peuvent de nouveau se rendre sur les terrasses de bars et de restaurants, et dans certaines boutiques qui avaient du garder portes closes.

"Je suis sûr que ce sera un énorme soulagement pour les propriétaires d'entreprises fermées depuis si longtemps et pour tous les autres, c'est l'occasion de recommencer à faire certaines des choses que nous aimons et qui nous ont manqué", a assuré le Premier ministre Boris Johnson.

Cependant, ce retour partiel à la "vie d'avant" se fera sous de nombreuses conditions sanitaires. Outre le fait de rester dehors, les consommateurs doivent également conserver leur place assise à table avec au maximum six personnes et s'enregistrer via l'équivalent local de l'application TousAntiCovid. Pour l'occasion, la plupart des restaurants ont mis en place un système de commande en ligne afin d'éviter les déplacements et contrairement à la "tradition", il ne sera plus possible de commander au bar et la bière arrivera au client et non l'inverse.

Le pays, confiné pour la troisième fois début janvier (avec des régions comme Londres confinées dès la mi-décembre), a vu sa situation sanitaire nettement s'améliorer depuis.

• Portugal

Musées, collèges et terrasses de café rouvrent lundi au Portugal, plus de deux mois après leur fermeture, deuxième étape d'un plan de déconfinement progressif pour éviter une reprise de l'épidémie de Covid-19 qui a durement frappé le pays en début d'année.

Après la réouverture des écoles primaires le 15 mars dernier, c'était au tour des collégiens de reprendre le chemin de leurs établissements. "On tourne une page en espérant qu'il n'y aura pas de retour en arrière", a salué le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa.

Les autres secteurs d'activité qui rouvrent au public devront observer des règles sanitaires strictes. Les cours collectifs restent interdits dans les salles de sport et les rassemblements sont limités à quatre personnes par table sur les terrasses de café.

• Danemark

Le pays du Nord de l'Europe va assouplir progressivement les règles liées aux déplacements à l'étranger, visant une circulation des voyageurs européens sans quarantaine à partir de la fin juin.

Adopté par la quasi majorité des partis siégeant au Parlement, ce plan, annoncé mardi soir, prévoit quatre étapes entre le 21 avril et la fin juin, avec la levée progressive de la quarantaine obligatoire selon la destination. Un test négatif reste toutefois un préalable à toute entrée dans le pays.

Il dépend en partie des progrès de la campagne de vaccination, ralentie actuellement par la suspension du vaccin d'AstraZeneca, et de la mise en place du passeport sanitaire européen, prévue autour du 26 juin.

• Allemagne (partiellement)

Dans une Allemagne fatiguée par des mois de mesures sanitaires, le petit Land de Sarre, dans l'ouest, a décidé de rouvrir, sur réservation, terrasses, cinémas, théâtres et salles de sport en échange de la présentation d'un test Covid négatif du jour.

Cette région à la frontière de la Moselle française et du Luxembourg devient ainsi le premier Etat régional allemand à desserrer l'étau des dispositifs de lutte contre le Covid, à l'image de ce que fait depuis quelques jours la commune de Tübingen, dans le sud de l'Allemagne.

Cet assouplissement au moment où une troisième vague de contaminations touche l'Allemagne est loin de faire l'unanimité. Plusieurs personnalités politiques réclament un confinement plus strict tandis que certaines régions, notamment celle de Berlin, ont ajouté de nouvelles mesures contraignantes à celles déjà en place.

Hugo Septier avec AFP