BFMTV

Covid-19: ces communes qui prennent de l'avance sur le calendrier vaccinal

Centre de vaccination à Nice, dans les Alpes-Maritimes

Centre de vaccination à Nice, dans les Alpes-Maritimes - Valery HACHE / AFP

Plusieurs communes du sud de la France ont décidé d'élargir la vaccination au-delà des seuils fixés par le gouvernement.

Face aux doses inutilisées, faute de candidats ou à cause de rendez-vous non honorés, les initiatives locales se multiplient, sur la Côte d'Azur, en Corse, à Marseille ou ailleurs, pour déroger aux seuils officiels de la campagne vaccinale contre le Covid-19.

A Nice, la vaccination ayant bien avancé pour les catégories à risques, la métropole a décidé d'élargir la vaccination à toutes les personnes inscrites sur la plateforme mise en place en décembre, pour les samedis 1er et 8 mai, à la seule condition qu'elles aient plus de 18 ans, sans qu'aucune comorbidité soit requise. Alors que selon le calendrier de vaccination officiel établi par le gouvernement, les plus de 18 ans sans comorbidité devraient encore attendre jusqu'au 15 juin.

Les volontaires sont contactés, par ordre d'ancienneté d'inscription, en favorisant ceux qui ont coché les cases "travail en lieu clos" ou "en contact avec le public". D'où la possibilité pour un jeune de 18 ans inscrit début janvier de bénéficier dès à présent d'une dose du vaccin du laboratoire Pfizer, a-t-on expliqué ce samedi à l'AFP.

A Mandelieu-la-Napoule, la vaccination ouverte à tous les majeurs sans conditions dès lundi

La commune de Mandelieu-La-Napoule, dans les Alpes-Maritimes, va également ouvrir la vaccination à tous ses habitants majeurs, sans limite d'âge, à partir de lundi, a annoncé le maire LR, Sébastien Leroy, sur les réseaux sociaux. Cette décision a été rendue possible par une bonne organisation de la campagne vaccinale et une dotation plus régulière en doses des laboratoires Pfizer et Moderna, a expliqué la mairie.

Mercredi, c'est la ville de Cannes qui avait dérogé aux seuils officiels, en annonçant l'ouverture de la vaccination à tous les Cannois dès 40 ans, sans comorbidité. La commune, dirigée par David Lisnard (LR), avait justifié cette cible élargie par une nouvelle dotation de vaccins et par la décision de "reporter de 28 à 42 jours l'administration de la 2e injection".

En Corse, ce sont les doses inutilisées en fin de journée qui sont offertes, en dérogation des seuils officiels. A Bastia ou dans d'autres localités corses, il faut cependant s'être inscrit au préalable pour pouvoir bénéficier de ces doses qui risqueraient d'être jetées.

A Marseille, distribution des doses disponibles à partir de 16h

A Marseille, au stade Vélodrome, il suffit en revanche de se présenter vers 16h, environ une heure avant la fermeture du vaccinodrome, pour bénéficier en fonction des disponibilités d'une dose restante - l'âge restant cependant le critère premier pour ces candidats arrivés à l'improviste.

Selon le calendrier officiel, la prochaine tranche de population pouvant accéder aux vaccins sont les 50-59 ans, à partir de la mi-mai. Actuellement, seuls les 60 ans et plus sont aujourd'hui éligibles aux vaccins Pfizer et Moderna, la barre descendant à 55 ans pour AstraZeneca et Janssen.

Mélanie Rostagnat avec AFP Journaliste BFMTV