BFMTV

Coronavirus: des médecins lyonnais réclament un confinement le week-end et un couvre-feu dès 19h

Plusieurs médecins libéraux réclament des mesures plus strictes face à la deuxième vague du Covid-19 alors que la région Auvergne-Rhône-Alpes est désormais la plus touchée par l'épidémie.

Alors que tous les indicateurs de l'épidémie de coronavirus sont au rouge, des médecins lyonnais de l'Union régionale des professionnels de santé appellent à des règles plus strictes pour freiner la propagation du virus. Qualifiant le couvre-feu désormais en vigueur de 21 à 6 heures dans 54 départements de "demi-mesure", ils appellent à l'élargir de 19 à 6 heures et à reconfiner la population le week-end.

"La situation est grave et le temps n'est plus aux demi-mesures. L'élargissement immédiat des horaires du couvre-feu à partir de 19 heures en semaine et l'instauration d'un confinement les samedis et dimanches sont nécessaires", affirment les médecins dans un communiqué.

42.032 nouveaux cas supplémentaires de Covid-19 ont été recensés en France au cours des dernières 24 heures, a rapporté vendredi soir Santé Publique France. Un nouveau record depuis le lancement des tests à grande échelle. La région Auvergne-Rhône-Alpes est par ailleurs la plus touchée: 67% des lits de réanimation sont occupés par des patients atteints coronavirus.

La crainte d'une saturation des hôpitaux

"Avec plus de 41.600 nouveaux cas en 24 heures (chiffres de jeudi soir, NDLR), l’épidémie atteint un niveau record qui, dans quelques jours, trouvera sa traduction dans un encombrement, voire une saturation des services hospitaliers, non seulement pour les patients atteints par la Covid, mais aussi par toutes les autres pathologies habituelles, avec des risques majeurs pour leur vie et leur santé. Si rien n’arrête la progression de l’épidémie, la catastrophe sera humaine puis économique puis sociale" poursuivent-ils.

"Nous estimons que les demi-mesures du couvre-feu actuel font penser à la drôle de guerre de 39-40", jugent-ils, appelant la population à prendre plus au sérieux les risques de contagion. "L’effort demandé aux soignants de réorganiser leur travail et d’augmenter leur disponibilité doit être accompagné d’un effort de toute la population."

L'éventualité de reconfinements locaux ou plus larges pour endiguer l'épidémie de Covid-19 n'est pas encore envisagée par l'exécutif, a fait savoir Emmanuel Macron ce vendredi depuis l'hôpital de Pontoise, en région parisienne. "On va essayer à chaque fois d'aller réduire les lieux, les moments, où on a identifié que le virus circulait beaucoup, c'est cette stratégie qu'on va poursuivre" a indiqué le chef de l'État.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV