BFMTV

Ce qu'il faut savoir avant de choisir son dentifrice

En plus du dioxyde de titane dénoncé par l'association Agir pour l'environnement, d'autres produits présents dans les dentifrices sont régulièrement pointés du doigt. Mais des moyens simples existent pour éviter leur consommation.

Dioxyde de titane, triclosan, laurylsulfate de sodium… Derrière ces noms barbares se cachent des composants que l’on retrouve dans de nombreux dentifrices vendus en France et qui présentent, pourtant, une dangerosité potentielle pour l’organisme.

L’association Agir pour l'environnement a publié ce jeudi une enquête pour demander que le dioxyde de titane ne soit plus utilisé dans les dentifrices et médicaments. L’occasion de lister les éléments auxquels les consommateurs doivent prêter attention, mais aussi les solutions simples pour les éviter.

  • Ce sur quoi il faut être vigilant

Comme pointé du doigt par l'association, il est préférable d’éviter les dentifrices contenant du dioxyde de titane. Cet additif, également connu sous le diminutif E171, utilisé notamment pour son caractère colorant blanc, est controversé car les scientifiques s’inquiètent d’un possible risque cancérogène. La liste des dentifrices qui en contiennent est détaillée sur ce site.

Un second produit préoccupe les associations de consommateurs: le triclosan, un agent antibactérien également présent dans les cosmétiques et les textiles. Il a été identifié par l’Inserm en 2017 comme étant un perturbateur endocrinien. Le produit est actuellement interdit aux Etats-Unis mais pas en France, ce que dénoncent de nombreux scientifiques français.

Enfin le laurylsulfate de sodium est également présent dans de nombreux dentifrices mais présente un risque, plus modéré certes, d’irritation en cas d’utilisation prolongée.

  • Les moyens faciles pour éviter ces additifs

Il n’est pas toujours évident d’identifier ces composants sur les emballages des dentifrices mais des applications existent pour scanner la composition des produits.

L’application Yuka notamment connaît un grand succès et recense la plupart des dentifrices vendus dans le commerce, dans les rayons bio et en pharmacie. Les dentifrices bio ne sont d’ailleurs pas un gage de fiabilité puisque l’association Agir pour l'environnement a recensé 25 dentifrices bio qui avaient pourtant dans leur composition du dioxyde de titane.

Enfin, il existe un dernier recours, sans doute le plus simple et le moins coûteux: faire son dentifrice soi-même. Parmi les nombreuses recettes disponibles sur Internet, celle qui revient fréquemment est de mélanger 4 cuillères à soupe d’argile blanche, 5 gouttes d’huile essentielle de menthe douce et une cuillère à café de bicarbonate de soude. Garanti sans additif, produit irritant ou cancérogène!