BFMTV

Cancer du sein: chute historique du taux de participation au dépistage à cause du Covid

Photo d'illustration

Photo d'illustration - iStock - Rudyanto Wijaya

Le taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein a chuté pour atteindre 42,8% en 2020, un taux historiquement bas.

La campagne "Octobre Rose" qui vise à sensibiliser au dépistage du cancer du sein approche à grand pas. Mais déjà, la Ligue contre le cancer alerte sur le taux de participation au dépistage qui s'est avérée en forte baisse au cours de l'année 2020.

Entre 2008 et 2014, ce taux s'élevait à 52% pour ensuite baisser à partir de 2015. À 49% en 2019, celui-ci a considérablement chuté pour atteindre 42,8 % l"année dernière, un taux "historiquement bas" que la ligue explique par plusieurs facteurs liés à la crise sanitaire. De l'interruption des envois des invitations au dépistage à la fermeture des cabinets de radiologie et à la moindre activité à la réouverture...

Un "appel urgent à la remobilisation"

La Ligue contre le cancer lance par conséquent un "appel urgent à la remobilisation" face à ces retards aux diagnostiques "inévitablement engendrés" qui peuvent entraîner des "conséquences dramatiques" pour les personnes concernées.

"La baisse drastique du taux de participation au dépistage en 2020 nous inquiète particulièrement et nous pousse à marteler cet appel urgent pour la remobilisation des populations concernée", alerte dans un communiqué le professeur Daniel Nizri, Président bénévole de la Ligue contre le cancer, "malgré le contexte sanitaire, continuez à vous faire suivre et dépister, prenez soin de votre santé!"

Nouvelle campagne d'affichage, défi sur les réseaux sociaux avec le hashtag #CesSeinsJyTiens... À l'occasion d'Octobre Rose 2021, la ligue contre le cancer organise des opérations de sensibilisation, de mobilisation et d'information. Elle porte une attention particulière au cancer du sein triple négatif: celui-ci représente 15 % des cancers du sein et touche particulièrement les femmes de moins de 40 ans.

"Avant 50 ans, le dépistage organisé du cancer du sein n'est pas encore recommandé", souligne la ligue "le suivi gynécologique, tous les ans, est donc particulièrement important."

Hugues Garnier Journaliste BFMTV