BFMTV

Aucune trace de coronavirus détectée dans l'eau de mer du littoral français

Une plage de Saint-Cyprien le 5 juillet 2020.

Une plage de Saint-Cyprien le 5 juillet 2020. - RAYMOND ROIG

Aucune trace du Covid-19 n'a pour l'instant été détectée dans plus d'une centaine d'échantillons analysés par l'Ifremer.

Prendre un bain en mer cet été sur les côtes françaises ne risque pas de vous contaminer au coronavirus. L'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) a annoncé ce jeudi au cours d'une conférence de presse ne pas avoir détecté la présence du Sars-Cov-2 dans les coquillages et dans l'eau.

Une nouvelle rassurante après de premiers résultats d'analyses réalisées en avril sur le littoral français et publiés en mai dernier.

"Jusqu'à maintenant nous n'avons jamais détecté le génome du Sars-Cov-2", constate Soizick Le Guyader, virologiste et responsable du laboratoire nantais Santé environnement et microbiologie de l'Ifremer.

Ce sont au total près d'une centaine d'échantillons qui ont été prélevés sur des points stratégiques du littoral, sélectionnés pour leur probabilité d'être contaminés par des rejets humains.

Des échantillons prélevés sur des coquillages

"Dès que cette épidémie de Covid-19 est arrivée sur notre territoire et que nous avons eu connaissance de la présence de ce virus dans les eaux usées (...) On s'est alors posé la question (à l'Ifremer, ndlr) s'il pouvait arriver, via les eaux usées, sur le littoral", relate la virologiste.

Des travaux ont été réalisés en plein confinement après la détection du virus dans les eaux usées parisiennes et dans plusieurs pays européens comme en Italie ou en Espagne, des pays voisins. Des échantillons ont ainsi été prélevés tous les quinze jours afin de surveiller en continu la présence ou non du virus dans l'eau de mer, et les coquillages.

"Le coquillage est pris dans ces cas-là comme un intégrateur de la contamination. Pour voir si le virus est présent au niveau le littoral", explique Soizick Le Guyader.

De potentiels concentrateurs du génome du virus mais qui, jusqu'ici, n'ont pas été touchés par le Saars-Cov-2. Une bonne nouvelle pour les vacanciers et les professionnels du tourisme, soucieux de pouvoir accueillir une clientèle en toute sécurité cet été après plusieurs mois d'arrêt d'activités.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV