BFMTV
Santé

3,8% des enfants vaccinés contre le Covid-19: la campagne laborieuse en France auprès des 5-11 ans

Un enfant est vacciné contre le Covid-19 le 22 décembre 2021 à Strasbourg

Un enfant est vacciné contre le Covid-19 le 22 décembre 2021 à Strasbourg - SEBASTIEN BOZON © 2019 AFP

Depuis le 22 décembre dernier, l'ensemble des 5-11 ans sont éligibles au vaccin anti-Covid, via un campagne adaptée. Mais l'offre ne fait pas recette. D'après les chiffres dévoilés ce mardi par le ministère de la Santé, on ne compte pour le moment que 3,8% de petits vaccinés parmi cette catégorie d'âge. La comparaison avec l'étranger souligne encore les difficultés françaises.

Bien sûr, la campagne à l'attention du plus jeune public - particulièrement sensible - est adaptée. Si l'ensemble des enfants de 5 à 11 ans peuvent se faire vacciner contre le Covid-19 depuis le 22 décembre dernier, l'injection reste soumise à l'autorisation d'au moins un titulaire de l'autorité parentale, et seul le Comirnaty de Pfizer peut être administré et encore, à un taux bien moins concentré que pour les adultes (10 microgrammes contre 30). Mais voilà: la vaccination anti-Covid des enfants français est bien laborieuse.

La conférence hebdomadaire du ministère de la Santé consacrée à l'actualisation des chiffres de la campagne a révélé ce mardi qu'on ne comptait pour l'heure que 216.000 petits vaccinés, soit 3,8% de la population éligible dans cette tranche d'âge. Une statistique - arrêtée à la date du 22 janvier - bien traînarde comparée à celles de certains de nos voisins ou autres exemples étrangers.

635 centres, 71.000 créneaux d'ici la fin du mois

216.000 vaccinés, 3,8%... Un bilan dont les autorités ne peuvent se contenter les autorités plus d'un mois après l'extension de la campagne parmi les 5-11 ans. Ainsi, ce mardi, Alain Fischer, qui coordonne la vaccination, a regretté ces faibles chiffres et a insisté sur la nécessité de rassurer les parents, rappelant que le vaccin était "pertinent, efficace et sûr". D'autant plus pertinent que le nombre des contaminations se maintient à un haut niveau, en particulier au sein d'un segment de la population si peu vacciné.

Le chat se mord donc la queue. Or, outre un bénéfice certain en terme de protection de l'individu contre une éventuelle contamination, l'inoculation promet aussi de réduire le risque de transmission à des personnes potentiellement plus vulnérables et plus âgées. Par ailleurs, l'Etat souhaite aussi accélérer la vaccination des enfants fragiles.

Un changement de rythme qui passe également par l'intendance. 71.000 créneaux d'injection sont ainsi spécifiquement disponibles d'ici la fin de ce mois de janvier. De surcroît, sur l'ensemble du territoire, 635 centres de vaccination (dont la liste est consultable sur le site Santé.fr) sont d'ores et déjà équipés de manière à pouvoir traiter les 5-11 ans.

On s'en sort mieux au-delà de nos frontières

Il faut dire que le temps presse... surtout si l'on considère les réussites en ce domaine au-delà de nos frontières. Ainsi, en Espagne, 51,8% des enfants de 5 à 11 ans - soit environ 1.700.000 sur 3,2 millions éligibles - avaient reçu au moins une dose au 20 janvier.

L'Italie ne peut se prévaloir d'une telle ampleur mais, ce mardi, a déjà opéré la première piqûre sur environ 1.054.000 enfants de 5 à 11 ans, soit 28,85% des 3,6 millions qu'ils représentent. Encore faut-il ajouter que dans cette cohorte, 303.000 deuxièmes doses ont également été injectées. Dimanche, Le Parisien a livré des pourcentages supplémentaires: la Belgique avait déjà vacciné - à la fin du week-end - 12,1% de cette jeune audience, les Allemands 15,6%, les Autrichiens 11,1%. À noter toutefois que les chiffres belges et autrichiens couvrent l'ensemble 0-11 ans.

La situation en Amérique du Nord est aussi bien plus reluisante que la nôtre. Ainsi, au 21 janvier dernier, le Canada avait administré au moins une dose à 1.470.000 5-11 ans, pour un pourcentage de 51,07% d'entre eux, tandis qu'aux Etats-Unis, sur les 28 millions de 5-11 ans que recense le pays, plus de 8 millions avaient reçu au moins une dose mardi dernier.

Et certains passent désormais à la suite: Israël s'apprête à étendre la campagne de rappel à cette catégorie d'âge.

Robin Verner avec Margaux de Frouville