BFMTV

VIDEO - Congrès du FN: Hollande et Sarkozy ont "tout raté", selon Le Pen

Marine Le Pen a prononcé ce dimanche le discours de clôture du Congrès du FN.

Marine Le Pen a prononcé ce dimanche le discours de clôture du Congrès du FN. - Capture BFMTV

La présidente du Front national, réélu dimanche, a affirmé que "personne ne doute" qu'elle sera au second tour de l'élection présidentielle. Elle a aussi critiqué Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Marine Le Pen, tout juste réélue présidente du Front national, a clos ce dimanche le Congrès de son parti, qui se tenait à Lyon. Elle a déroulé ses thèmes de prédilection lors d'un long discours entrecoupés par les "Marine présidente" et "On est chez nous" des 3.000 militants présents dans la salle.

La présidente du FN a également assuré que "personne ne doute" qu'elle sera au second tour de l'élection présidentielle en 2017. Elle a vivement attaqué François Hollande et Nicolas Sarkozy sur la question des jeunes Français qui partent faire le jihad. Elle a accusés l'ancien et le nouveau chef d'Etat d'avoir "tout raté" 

Discours de 50 minutes

"MM. Sarkozy et Hollande, il vous a été confié un trésor, la France, un diamant, son peuple. Vous avez abîmé l'un et abandonné l'autre!", s'est insurgée également Marine Le Pen. Elle a moqué l'ancien chef d'Etat et l'actuel qui "se bagarrent pour savoir qui montera sur la deuxième marche" en 2017.

"Les seuls qui devraient être encore autorisés à parler de République française, c'est nous!", a-t-elle proclamé. La fille de Jean-Marie Le Pen -dont elle n'a pas cité le nom- s'est posée en rempart défendant le drapeau tricolore, "l'indivisibilité" de la République, son "caractère démocratique" ou encore la langue française, dans un discours de 50 minutes portant largement sur cette idée.

"Désorganisation territoriale"

"Nos idées ont envahi le débat public." Marine Le Pen a évoqué les thématiques chères à son électorat: insécurité, lutte contre le communautarisme... 

La France, qui est "à la croisée des chemins" est un pays qui "perd son âme", a assuré la présidente du FN. Elle n'est plus selon elle qu'un "simple territoire sous tutelle organisé en communauté, quand ce n'est pas en bande". Marine Le Pen a également critiqué la réforme territoriale, qu'elle qualifie de "désorganisation territoriale", qui va "achever la désertification" et finir de reléguer certains habitants "à la marge".

Une volonté de rassembler

La fille de Jean-Marie Le Pen a également critiqué la mondialisation, dont "la France a subi plus que d'autres les effets". L'Union européenne, accusée d'être une "machine à fabriquer des chômeurs", n'a pas été épargnée. Il s'agit, selon elle, d'un "projet fou". La présidente du FN a enfin comparé l'Hexagone à "une auberge, porte grande ouverte, accueillant via l'immigration massive toute la misère du monde".

"C'est un discours qui aurait pu être prononcé par son père", a expliqué au micro de BFMTV Sylvain Crépon, sociologue spécialiste du FN. "L'objectif était d'effectuer le rassemblement (...). C'est un discours qui met tout le monde d'accord." Elue à 100% des voix, la présidente du FN entend ainsi éviter la création de courants au sein du parti, alors que certains font état de dissensions entre Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot.

Maxence Kagni avec AFP