BFMTV

Une rentrée favorable pour Marine Le Pen

Marine Le Pen à Lens le 17 mai dernier à Lens.

Marine Le Pen à Lens le 17 mai dernier à Lens. - Philippe Huguen - AFP

La présidente du FN prononce son discours de rentrée samedi à Brachay, en Haute-Marne. Et elle ne manquera pas d'y aborder la crise politique qui a amené l'exécutif à modifier la composition du gouvernement.

La rentrée politique a commencé en fanfare, mais Marine Le Pen a préféré rester discrète. Et si le FN ne s'est fendu que de quelques communiqués, envoyant les bras droits de la présidente sur les plateaux télé pour commenter l'explosion du nouveau gouvernement, l'heure est désormais à la préparation de la rentrée.

Une semaine avant l'université d'été du Front national de la jeunesse à Fréjus, dans le Var, Marine Le Pen doit ainsi prononcer un discours samedi à Brachay, minuscule village de Haute-Marne dont elle veut faire un second fief après Hénin-Beaumont.

Et la situation politique française pourrait constituer un avantage pour la présidente du parti. Face à un Parti socialiste et des écologistes divisés, et à des partis de droite et du centre en quête de chefs, le Front national peut aborder la rentrée sous de bons auspices.

> A lire aussi: Marine Le Pen se dit prête à gouverner en cohabitation avec Hollande

Les sénatoriales en ligne de mire

Quelques jours après la forte crise politique qui a précipité le départ de trois ministres et l'arrivée d'Emmanuel Macron à Bercy, alors que Manuel Valls et Michel Sapin clament haut et fort leur amour pour l'entreprise, Marine Le Pen a bien l'intention de muscler son discours en cognant sur le pouvoir socialiste. "Dans son discours, qui sera assez grave, car la situation est exceptionnelle, elle reviendra assez largement sur cette crise, ces crises, et les origines profondes de celles-ci", explique Florian Philippot à l'AFP.

Rien n'est laissé au hasard, à commencer par le choix du lieu: c'est la troisième fois que Marine Le Pen se rend à Brachay, un village d'une soixantaine d'habitants, dont 72% avaient voté pour elle à la présidentielle. Aux élections européennes, 84% d'entre eux avaient accordé leur suffrage à Florian Philippot. Elle entend faire de ce petit village le symbole des difficultés du monde rural. Et le soutien des maires de ces petites communes pourrait se révéler précieux, à un mois des élections sénatoriales.

Car malgré cette rentrée favorable, les sénatoriales ne sont pas gagnées. Marine Le Pen a toujours contre elle 63% des Français qui disent avoir de son action une opinion défavorable, selon le baromètre Ipsos-Le Point. Seules deux personnalités font pire: Jean-François Copé avec 68%, et François Hollande, avec 79%. 

https://twitter.com/ariane_k Ariane Kujawski Journaliste BFMTV