BFMTV

Le gouvernement Valls démissionne, la nouvelle équipe annoncée mardi

Manuel Valls à Paris le 3 juillet.

Manuel Valls à Paris le 3 juillet. - Miguel Medina - AFP

Moins de cinq mois après son arrivée à Matignon, Manuel Valls a présenté la démission de son gouvernement. La composition d'une nouvelle équipe sera annoncée mardi, annonce l'Elysée. 

Séisme au sein de l'exécutif français. 146 jours après l'arrivée de Manuel Valls à Matignon, le Premier ministre est confronté à sa première crise gouvernementale, au point de mettre son gouvernement dans la balance.

Un gouvernement démissionnaire

Manuel Valls a été reçu lundi matin pendant une heure par François Hollande. Le Premier ministre "a présenté au Président de la République la démission de son gouvernement", a annoncé l'Elysée lundi matin.

L'Elysée affirme que la démission du gouvernement a fait l'objet d'un "consensus absolu" entre François Hollande et Manuel Valls. Une façon de démentir les rumeurs selon lesquelles Manuel Valls aurait mis sa démission dans la balance.

  • Une nouvelle équipe mardi

Conséquence de la démission du gouvernement, François Hollande a demandé à son Premier ministre d'en composer un nouveau, "en cohérence avec les orientations qu'il a lui-même définies pour notre pays". Sa composition sera "annoncée dans la journée de mardi".

Lundi, Manuel Valls a commencé à recevoir chaque ministre du gouvernement démissionnaire - à l'exception de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, qui est en déplacement sur l'île de Sein avec François Hollande. Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, et Claude Bartolone, président de l'Assemblée, vont être reçus eux aussi à Matignon.

Par ailleurs, Arnaud Montebourg devrait prendre la parole de Bercy vers 16 heures.

Un week-end de couacs

Cette décision intervient en pleine crise gouvernementale, alors qu'Arnaud Montebourg a multiplié ce week-end les critiques à l'encontre de la politique économique de François Hollande. Des critiques soutenues par le ministre de l'Education, Benoît Hamon. Arnaud Montebourg a affirmé lundi matin ne "rien" regretter de ses déclarations.

Il s'agit de la première crise au sein du gouvernement depuis la nomination à Matignon de Manuel Valls, qui a succédé à Jean-Marc Ayrault le 31 mars, après la déroute de la majorité aux municipales.

Arrivé en troisième position de la primaire socialiste pour la présidentielle de 2012, Arnaud Montebourg s'était déjà accroché avec Jean-Marc Ayrault, notamment au sujet de Florange

A. K. avec AFP