BFMTV

La Rochelle: le PS se prépare à un week-end électrique

Arnaud Montebourg à l'université d'été du PS en 2013, à La Rochelle.

Arnaud Montebourg à l'université d'été du PS en 2013, à La Rochelle. - Xavier Leoty - AFP

Nouveau gouvernement, 35 heures, élus frondeurs... Le PS se retrouve (cette année divisé pour son université d'été à La Rochelle.

La mer est encore calme à La Rochelle, mais l'ambiance risque d'être électrique pour l'université d'été du Parti socialiste, qui s'ouvre ce jeudi 28 août au soir pour trois jours.

Il faut dire que l'actualité du PS a été dense ces derniers jours. Après un week-end de critiques, Arnaud Montebourg a fait voler le gouvernement en éclats, provoquant un grand ménage dans l'équipe. La voilà désormais purgée de son aile gauche par Manuel Valls, qui a installé Emmanuel Macron au ministère de l'Economie.

Comme si le poids politique du nouveau ministre ne suffisait pas à agiter le parti, Le Point a publié mercredi une interview d'Emmanuel Macron, dans laquelle celui-ci - pas encore nommé ministre au moment de l'entretien - se dit favorable à un assouplissement des 35 heures. Aussitôt recadré par Matignon, le ministre a toutefois relancé un débat brûlant, qui continue d'embarrasser le PS.

Les frondeurs dans les starting-blocks

C'est dans ce contexte que s'ouvre l'édition 2014, la première pour Jean-Christophe Cambadélis en tant que patron du PS. Une partie du gouvernement y participera, tout comme les trois ministres démissionnaires, et Manuel Valls viendra clore les travaux dimanche midi.

Vu d'ici, il n'est pas certain que le Premier ministre bénéficie d'un accueil aussi chaleureux qu'à l'université d'été du Medef. "On se retrouve avec un gouvernement unicolore, dont sont absents nombre de personnalités socialistes, où l'on demande une discipline absolue: on peut imaginer que l'accueil soit réservé et poli", avance le député PS du Cher, Yann Galut.

De leur côté, les députés frondeurs, ceux qui n'ont pas voté la confiance au Premier ministre sur le pacte de responsabilité en avril, ont bien l'intention de profiter de ces quelques jours pour se faire entendre. Dans leurs rangs, la nomination d'Emmanuel Macron passe mal, tout comme l'opération séduction de Manuel Valls au Medef. Baptisés "Vive la gauche!" il y a quelques semaines, ils ont annoncé leur intention de se retrouver le 30 août pour une réunion publique, en marge de l'université d'été. Objectif annoncé par Laurent Baumel: transformer un mouvement très parlementaire en mouvement ancré dans le PS.

Aubry et Royal, les grandes absentes

Parmi les invités de l'université d'été, le communiste Pierre Laurent, qui rend visite pour la première fois aux socialistes. Il participera à la plénière "Après les élections municipales et européennes, l'unité de la gauche: pourquoi, comment?", avec Jean-Christophe Cambadélis et Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV.

En revanche, Martine Aubry brillera par son absence à La Rochelle. Jusqu'ici très discrète sur la politique du gouvernement, elle était pourtant sortie de son silence en juillet pour critiquer fermement la réforme territoriale – et en avait profité pour tacler la politique de l'exécutif. Plutôt que de venir et de ne rien dire, l'ancienne ministre du Travail de Lionel Jospin préfère ne pas venir du tout. Mais comme chaque année, ses proches se réuniront en marge des débats. Ségolène Royal, dont le souvenir de la débâcle électorale à La Rochelle est encore vivace, ne viendra pas non plus: la ministre de l'Ecologie sera en déplacement en Martinique. Parfois, les agendas ministériels ont du bon.

https://twitter.com/ariane_k Ariane Kujawski Journaliste BFMTV