BFMTV

Une ambition intime: ce que l'on a appris sur les politiques

Le premier opus d'Une Ambition Intime a été diffusé ce dimanche sur M6

Le premier opus d'Une Ambition Intime a été diffusé ce dimanche sur M6 - M6

Une ambition intime, présentée par Karine Le Marchand a été diffusé hier sur M6. Dans un cadre intimiste, la présentatrice inviter les hommes politiques à converser sur leurs parcours.

Ils sont tous candidats à la prochaine élection présidentielle. A droite pour Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire, à l'extrême droite pour Marine Le Pen, à gauche pour Arnaud Montebourg, tous ont répondu positif à l'invitation de Karine Le Marchand. Sur une terrasse avec un verre ou un canapé avec une bougie, ces hommes politiques en ont profité pour livrer quelques anecdotes personnelles. 

> Carla Bruni "civilise" Nicolas Sarkozy

Pour l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, son mariage avec la chanteuse mannequin Carla Bruni relève d'un miracle. "Je crois que c'était un petit garçon un peu seul et triste", raconte de son côté Carla Bruni.

Pour Nicolas Sarkozy une chose est sûre, "la femme civilise l'homme". Le candidat à la primaire de la droite avoue par ailleurs que son épouse actuelle l'a poussé à revoir son ex-femme Cécilia, "Quand on aime une femme, on ne lui impose pas le statut de maîtresse. Carla m'a beaucoup poussé à revoir Cécilia. Elle avait raison".

"Elle m'a mis les points sur les 'i' et m'a expliqué qu'on ne met pas la poussière sous le tapis. Quand je rentrais fatigué et que je n'avais pas envie de parler, il fallait que j'y passe", détaille Nicolas Sarkozy. 

> Le Maire a vu le ministère de l'Economie lui échapper

A écouter Bruno Le Maire, c'est lui qui devait succéder à Christine Lagarde à la tête du ministère de l'Economie sous le gouvernement Fillon.

"Le chef de cabinet du premier ministre me dit 'on annonce cet après-midi ta nomination au ministère de l'Économie et des Finances'", raconte le candidat à la primaire de la droite à Karine Le Marchand.

Une confirmation aussi reçue de la part de Nicolas Sarkozy : "Tu vas succéder à Christine Lagarde, ne le dis pas tout de suite, on l'annoncera cet après-midi mais mon choix est fait", lui aurait dit l'ancien chef de l'État. "J'attends dans mon bureau et le soir François Fillon m'appelle et me propose le ministère du Budget. Je suis entré dans une colère noire, j'étais furieux" continue le député Les Républicains. 

"D'un coup, je me suis pris la porte en pleine gueule et je me suis dit : 'Tu ne pèses rien, tu as beau avoir fait un bon boulot au ministère de l'Agriculture, mais on s'en fout" détaille le candidat à l'animatrice. 

> La rupture de Marine Le Pen avec sa mère

Si Marine Le Pen dit avoir eu une éducation bohème, pour Karine Le Marchand, il s'agit d'une éducation "à la dure". Interdiction d'avoir, comme ses petits camarades le magazine Pif Gadget, qui finançait le Parti Communiste, des parents qui ne vivent pas dans le même appartement que celui des enfants, méchanceté des camarades d'écoles pour être alliée au Front Nationale... Mais un des moments les plus difficiles pour Marine Le Pen est sans doute la rupture avec sa mère. Alors qu'elle est âgée de 16 ans, sa mère, Pierrette, quitte brutalement la maison et ses trois filles, sans aucune explication. 

"Ca a été un moment extrêmement difficile de ma vie, je ne l'ai pas vue pendant 15 ans" confie la candidate frontiste. 

15 ans plus, par le biais de sa grande soeur, la candidate frontiste s'est réconciliée avec sa mère. 

> Arnaud Montebourg, le "Love, love" du gouvernement

Lorsqu'il était ministre de l'Economie, de mai 2012 au mois d'août 2014, Arnaud Montebourg est surnommé "Love, love". Et pour cause détaille le candidat à la primaire de la gauche, il terminait ses messages à ses collègues féminines par le mot "love". Cécile Duflot, alors ministre du Logement et de l'Égalité des territoires, avait "popularisé" l'expression et décidé de le surnommer "Love, love".

Le prochain opus d'Une Ambition Intime accueillera Alain Juppé, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou. 

M.H.