BFMTV

Un Picasso à l’Elysée? "Ce serait formidable", déclare Macron

Le président français Emmanuel Macron devant la toile de Picasso intitulée "Femme étendue au soleil (1932), le 8 octobre 2017.

Le président français Emmanuel Macron devant la toile de Picasso intitulée "Femme étendue au soleil (1932), le 8 octobre 2017. - IAN LANGSDON, POOL/AFP

Après avoir visité avec son épouse l'exposition consacrée au peintre, le président verrait bien l'une de ses toiles orner le palais.

Un Picasso à l’Elysée? "Ce serait formidable", a déclaré dimanche soir Emmanuel Macron, rendant hommage à un peintre "intemporel" et "conscience d'un siècle", lors de sa visite de l'exposition "Picasso 1932: Année érotique" au musée Picasso à Paris.

"Il faut le faire dans un endroit où il faut aussi qu’il puisse vivre. (L'Elysée) est un lieu qui peut enfermer des tableaux. (...) Il y a quelques très beaux artistes qui sont dans les murs mais j’aimerais ouvrir en effet l'Elysée à la fois à des peintres modernes, contemporains, aussi à d’autres artistes. C’est en projet", a précisé Emmanuel Macron.

L'exposition, qui ouvre mardi, invite le visiteur à suivre jour après jour la production d’une année particulièrement riche pour l'artiste. Les séries des baigneuses et les portraits de sa maîtresse Marie-Thérèse Walter sont notamment exposés.

"C'est ce que j’aime chez ce peintre, c’est-à-dire une très grande sensualité et immédiateté, et une capacité à retrouver la force du mythe, qu’il s’agisse d’ailleurs d'un mythe païen ou d’un mythe chrétien", a souligné Emmanuel Macron.

"Pas sûr d'avoir compris", ce peintre avoue le président

Dans son œuvre, Picasso "ne s’est jamais enfermé dans une période" et "il y a toujours des ponts", selon le président de la République, qui a visité l'exposition avec son épouse Brigitte.

"C’est ce qui rend ce peintre extraordinairement fort y compris pour les plus jeunes générations, parce que c’est quelqu’un qui fait entrer dans la peinture du 21e siècle", a déclaré le président, qui a rencontré au Musée Picasso des membres de la famille de l'artiste et des collégiens de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) qui ont étudié son oeuvre.

Emmanuel Macron, qui a découvert Picasso à l'adolescence, a confié qu'il n'était "pas sûr de l’avoir compris même aujourd’hui".

Chez Picasso, "il y a la conscience d’un siècle, et l’on commence à voir sur certains tableaux le sens politique: il accompagnera la vie du siècle dans les années qui vont suivre jusqu'à la Deuxième Guerre Mondiale", a-t-il souligné.

David Namias avec AFP