BFMTV

Un député veut que l'ump se prononce sur l'accord pour chirac

Le député UMP Lionnel Luca estime que les militants du parti majoritaire doivent se prononcer sur l'accord qu'auraient trouvé l'UMP, la mairie de Paris et Jacques Chirac pour dégager l'avenir judiciaire de l'ancien président. /Photo d'archives/REUTERS/Cha

Le député UMP Lionnel Luca estime que les militants du parti majoritaire doivent se prononcer sur l'accord qu'auraient trouvé l'UMP, la mairie de Paris et Jacques Chirac pour dégager l'avenir judiciaire de l'ancien président. /Photo d'archives/REUTERS/Cha - -

PARIS (Reuters) - Les militants de l'UMP doivent se prononcer sur l'accord qu'auraient trouvé le parti majoritaire, la mairie de Paris et Jacques...

PARIS (Reuters) - Les militants de l'UMP doivent se prononcer sur l'accord qu'auraient trouvé le parti majoritaire, la mairie de Paris et Jacques Chirac pour dégager l'avenir judiciaire de l'ancien président, plaide vendredi le député UMP Lionnel Luca.

L'avocat de Jacques Chirac a confirmé qu'un accord d'indemnisation de la mairie de Paris, qui s'est constituée partie civile dans le procès à venir pour des emplois présumés fictifs, serait soumis au prochain conseil municipal et permettrait à l'ancien président de se retrouver sans adversaire.

L'UMP, ancien parti de Jacques Chirac, y contribuerait à hauteur d'1,65 million d'euros, contre 550.000 euros pour l'ancien chef de l'Etat.

"Il va de soi que si cette participation de l'UMP à cet 'arrangement' devait se confirmer, il ne pourrait s'effectuer qu'après l'avis de ses membres puisque c'est sur leurs cotisations que ce règlement interviendrait", écrit Lionnel Luca dans un communiqué.

En 2008, les cotisations contribuaient au budget de l'UMP à hauteur de 10%, les deux-tiers des recettes venant du financement par l'Etat, selon la Commission nationale des comptes des campagnes et des financements politiques.

L'UMP n'a pas à valider cet accord, selon le député des Alpes-Maritimes, dans la mesure où "cette affaire judiciaire ne la concerne pas puisqu'il n'y avait pas d'UMP avant 1995", lorsque Jacques Chirac était maire de Paris.

"Une mise au point rapide de la part des responsables de l'UMP est nécessaire et indispensable", demande Lionnel Luca.

Après l'article du Canard Enchaîné révélant l'existence de l'arrangement, plus tard confirmé par la mairie de Paris et l'entourage de Jacques Chirac, le porte-parole du parti, Dominique Paillé, a affirmé qu'il n'y avait eu aucun contact sur ce sujet entre l'UMP et la municipalité.

Clément Guillou, édité par Yves Clarisse