BFMTV

UMP: Wauquiez annonce son soutien à Sarkozy

Laurent Wauquiez, ici le 29 avril à l'Assemblée nationale, déclare son soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy pour la direction de l'UMP.

Laurent Wauquiez, ici le 29 avril à l'Assemblée nationale, déclare son soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy pour la direction de l'UMP. - AFP

S'il dit garder son estime pour François Fillon, qu'il soutenait lors de la guerre fratricide pour la présidence du parti en 2012, Laurent Wauquiez a fait savoir mercredi, dans un entretien au Monde, qu'il soutenait la candidature de Nicolas Sarkozy.

Le député UMP de Haute-Loire Laurent Wauquiez a apporté mercredi dans un entretien au Monde son soutien à Nicolas Sarkozy pour la présidence de son mouvement, qui fera l'objet d'un vote des militants le 29 novembre.

"J'aurais pu me présenter à cette élection, mais on ne peut ignorer le climat actuel. Entre l'affaire Thévenoud et l'effondrement du président de la République, le pays part en morceaux", déclare l'ancien ministre et vice-président de l'UMP.

"Favorable" à une primaire

"Dans ce contexte de décadence économique et d'explosion sociale, il n'y a pas de place pour des échappées personnelles. Les enjeux sont trop lourds", poursuit le même, certain que Nicolas Sarkozy, par "son autorité et son énergie", apportera "le nouvel élan" dont le pays a besoin.

Ce soutien vaudra-t-il pour la présidentielle? "Arrêtons d'avoir l'obsession de 2017 alors que les Français, exaspérés, veulent que l'on agisse aujourd'hui", répond Laurent Wauquiez. Qui ajoute toutefois être "évidemment favorable" à une primaire à droite et juge que "Nicolas Sarkozy n'est pas du genre à craindre ce rendez-vous".

"Une alliance avec le MoDem est une lourde erreur"

Le maire du Puy-en-Velay explique qu'il attend l'ancien Président sur "un système social refondé autour du travail et non de l'assistanat; une école de la méritocratie par l'effort et non l'égalitarisme; une laïcité forte face au communautarisme; l'initiative et la création au lieu du principe de précaution; et une Europe qui protège mieux".

Soutien de François Fillon dans la sanglante bataille pour la présidence de l'UMP de 2012, Laurent Wauquiez juge désormais que l'affrontement de l'ancien Premier ministre contre Jean-François Copé "nous tirait vers le bas". "Après deux ans de crise, l'UMP a besoin d'un nouveau départ", dit-il.

Quant à Alain Juppé, candidat déclaré pour 2017 -comme François Fillon- il juge que ses "qualités sont grandes". "Mais croire qu'une alliance avec le MoDem est la bonne réponse contre le FN est une lourde erreur. Les Français balayeront toutes ces stratégies d'état-major", ajoute-t-il à propos d'un éventuel appui de François Bayrou au maire de Bordeaux.

Pour Laurent Wauquiez, les Français se tournent vers le FN parce qu'ils ne trouvent pas de réponses "aux questions de la vie quotidienne" auprès des partis traditionnels. "Dans un débat politique sclérosé, on a besoin d'idées nouvelles. La capacité de Nicolas Sarkozy à secouer les tabous est un atout fort", conclut-il.

C.P.