BFMTV

Strasbourg: deux mères sur un échafaudage dénoncent "l'école au rabais" pour les élèves handicapés

Une action similaire avait été organisée en septembre 2018 à Strasbourg

Une action similaire avait été organisée en septembre 2018 à Strasbourg - Frederick Florin / AFP

Les deux femmes ont escaladé "à 4h du matin la structure" de l'échafaudage installé sur la façade d'une église du centre de la capitale alsacienne.

Elles craignent une "scolarisation au rabais de leurs enfants". Deux mères d'enfants en situation de handicap se sont juchées en haut d'un échafaudage ce mercredi matin à Strasbourg pour dénoncer "le manque d'auxiliaires de vie scolaire" dans les écoles, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les deux femmes ont escaladé "à 4h du matin la structure" de l'échafaudage installé sur la façade d'une église du centre de la capitale alsacienne, a expliqué par téléphone Marie Letter, membre du Collectif Citoyen Handicap (CCH).

"On nous a promis l'école inclusive"

Au sommet de l'échafaudage, haut d'une quinzaine de mètres, elles ont déployé une banderole marquée du pictogramme symbolisant le handicap et proclamant : "Ecole au rabais Avenir sacrifié". 

"Nous avons à manger, de l'eau et un mégaphone" pour alerter les Strasbourgeois sur l'accueil des enfants handicapés "dans le Bas-Rhin mais aussi dans toute la France", a expliqué Marie Letter, qui avait déjà mené une action similaire en novembre.

Marie Letter a partagé ce mercredi matin une vidéo sur son compte Facebook depuis le haut de l'échafaudage, où elle clame "Nos enfants doivent pouvoir aller à l'école et dans de bonnes conditions. On nous a promis la société inclusive, on est là, aujourd'hui, pour la réclamer !" 

Dénoncer le manque d'auxiliaires de vie scolaire

Plusieurs mères d'enfants en situation de handicap ont rendez-vous mercredi matin au rectorat à Strasbourg, a expliqué par ailleurs Marie Laemmel, membre du CCH et présente au pied l'échafaudage. "Tant que le dossier ne sera pas solutionné, elles ne redescendront pas", a-t-elle prévenu.

Selon elle, "il manque 250 AVS (auxiliaires de vies scolaire, ndr) dans le Bas-Rhin", a-t-elle poursuivi, estimant que, "par rapport à l'an dernier, rien n'a changé" pour cette rentrée, malgré les annonces du gouvernement pour une "école inclusive".

Une action similaire avait été organisée en juin 2017, quand deux femmes étaient montées en haut d'une grue pour réclamer plus d'AVS. Il y a tout juste un an, plusieurs mères avaient aussi utilisé ce mode de contestation à Lille et à Strasbourg, pour demander plus de moyens et interpeller la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel.

Des rassemblements devant les rectorats

Lors de cette rentrée scolaire 2019, le Premier ministre Edouard Philippe a mis en avant les efforts du gouvernement pour accueillir les enfants en situation de handicap à l'école, reconnaissant qu'il y a "encore du travail". Selon lui, 360.000 enfants en situation de handicap sont actuellement accueillis en France dans les écoles.

Mais selon un communiqué du CCH, "plus de 8.000" enfants en situation de handicap "n'ont pu faire leur rentrée scolaire par manque d'auxiliaire de vie scolaire pour les accompagner, un nombre qui a doublé cette année".

"Les parents se réuniront devant (les) rectorat(s) dans toute la France pour les soutenir et tous ensemble réclamer plus de moyens pour ces enfants privés d'école, de classes spécialisés ou encore en attente de place en structure", poursuit le communiqué.
J. G. avec AFP