BFMTV

Sorties scolaires: Blanquer juge le voile islamique "pas souhaitable" mais rappelle qu'il n'est pas interdit

Invité de BFM Politique ce dimanche, le ministre de l'Education nationale a évoqué la question des accompagnatrices scolaires voilées.

"Le voile n’est pas souhaitable dans notre société. Ce n’est pas quelque chose à encourager. Ce que ça dit sur la condition féminine n’est pas conforme à nos valeurs." C'est sur le plateau de BFM Politique que le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a adopté ce dimanche cette position très tranchée. Quelques semaines en arrière, il avait déjà désapprouvé la présence d'une femme voilée sur une affiche diffusée par la FCPE, une association de parents d'élèves qui soutenait la possibilité pour des mères musulmanes de porter le voile en accompagnant des sorties scolaires. 

Une "situation absurde" 

Cette thématique a renvoyé un écho particulier ce week-end, après que, vendredi, lors d'une visite rendue au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté à Dijon par une classe, Julien Odoul, président du groupe du Rassemblement national au sein de cette institution, a vivement pris à partie l'une des accompagnatrices l'enjoignant de se découvrir. Le ministre a tancé l'attitude de l'élu d'extrême droite: "C’est une situation absurde. Une fois de plus le Rassemblement national joue de manière extrême sur ces questions. C'est bien évidemment à condamner et c'est idiot d'en arriver à ce type de situations". 

Il a alors défini: "La laïcité c’est garantir la neutralité politique et religieuse à l’intérieur de l'école de la République. C’est un trésor français. Il faut préserver les enfants des querelles des adultes." Jean-Michel Blanquer a achevé de donner son avis sur cette session houleuse au Conseil régional bourguignon et franc-comtois: "On est de plus en plus dans une situation de confusion alors que ce qu’il faut ce sont des règles de droit à respecter. Là en l’occurrence, ce n’était pas interdit de porter le voile."

Il a alors tenté de justifié son pas de deux, entre son opposition personnelle au port du voile et la légalité de celui-ci: "Vous avez d’une part ce que dit la loi - elle n’interdit pas aux femmes voilées d’accompagner les enfants - mais c’est certain nous n’avons pas envie d’encourager ce phénomène. Heureusement qu’on n’interdit pas tout par la loi."

Robin Verner