BFMTV

Sondage: les Français largement favorables à la loi antiterroriste

Des militaires de Sentinelle en patrouille.

Des militaires de Sentinelle en patrouille. - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Selon un sondage Elabe "L'opinion en direct" pour BFMTV, les Français donnent approuvent largement les mesures de la loi antiterroriste qui vient d'être adoptée en première lecture. Ils sont en revanche partagés au moment d'accorder ou non leur confiance à l'exécutif dans la lutte contre le terrorisme.

Selon un sondage Elabe "L'Opinion en direct" réalisé mardi et mercredi, soit deux à trois jours après que deux jeunes femmes ont été assassinées à Marseille, et au lendemain de l'adoption de la loi antiterroriste en première lecture par les députés, les Français plébiscitent les mesures du texte. Au moins huit personnes interrogées sur dix se disent favorables à chacune de ces mesures, voire même "très favorables" pour 50% des sondés. 

L'assentiment est large

Dans le détail, c'est la possibilité de fermer les lieux de culte participant à la diffusion d'idées appelant au terrorisme, à la haine ou à la discrimination, sur ordre du préfet qui remporte le plus de suffrages: 91% des Français y sont favorables et 72% y sont même très favorables. L'idée de mettre en place un périmètre de sécurité permettant la fouille des individus, bagages et véhicules dans un lieu exposé à un risque d’actes de terrorisme, sur la décision du préfet est presque aussi populaire, avec 90% de faveur.

La permission des perquisitions administratives à l’initiative du préfet, après autorisation du juge des libertés et de la détention, l'est à peine moins, avec 87% de satisfecit. A égalité, on mesure l'approbation entourant l'extension du périmètre des contrôles d’identité dans un rayon de vingt kilomètres en zone frontalière, y compris les ports et aéroports constituant des points de passages frontaliers.

Quelques points plus bas, on trouve l'obligation pour les personnes soupçonnées d’être une menace pour la sécurité à livrer leurs identifiants de messagerie électronique (hors mots de passe) et numéros de téléphone. Cette mesure est cette fois-ci appuyée par 55% des citoyens interrogés. Enfin, les assignations à résidence des personnes soupçonnées d’être une menace pour la sécurité, sans autorisation préalable d’un juge renvoient encore un écho approbateur, situé à 80% d'assentiment. 

Confiance dans l'exécutif pour lutter efficacement contre le terrorisme: du 50-50 

Si l'opinion publique soutient donc largement la loi antiterroriste, elle est divisée dans sa confiance dans l'exécutif: selon notre sondage, 50% des Français seulement lui font confiance, dont 5% "tout à fait confiance", pour lutter efficacement contre le terrorisme.

Le panorama des électorats politiques dessinés par le premier tour de la dernière présidentielle montre que deux blocs sont en présence dans ce domaine, et il n'y est pas question d'un clivage droite/gauche. En effet, les électeurs les plus sceptiques sont ceux de Marine Le Pen, 79% d'entre eux n'accordant pas son crédit à l'exécutif, et de Jean-Luc Mélenchon, avec 56% de sceptiques.

En face, les plus positifs sont les électeurs d'Emmanuel Macron, avec 89% de confiants (mais seulement 14% d'entre eux ont "tout à fait" confiance). Ils sont suivis par 59% des partisans de Benoît Hamon au premier tour du scrutin présidentiel, et de 53% de l'ancien public de François Fillon. 

L'opération Sentinelle est efficace selon 56% des Français

Enfin, pour 56% des sondés, l'opération Sentinelle est jugé efficace, mais seulement 9% estiment qu'elle est "très efficace". 44% des interlocuteurs pointent au contraire "l'inefficacité" du dispositif dans l'ensemble, et seulement 6% parlent pas d'une stratégie "pas du tout efficace".

On retrouve les deux blocs politiques entrevus plus haut. Les électeurs d'Emmanuel Macron, Benoît Hamon et François Fillon avancent que l'opération Sentinelle est "efficace" avec respectivement 76%, 67% et 66% de convaincus. A l'inverse, 52% des soutiens de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen déclarent qu'elle n'est "pas efficace". Au sein des catégories d'âges ou socioprofessionnelles, les artisans et commerçants sont les plus dubitatifs, avec 55% d'entre eux récusant l'efficacité du dispositif. Les retraités sont les plus enthousiastes, avec 66% d'adhésion à l'idée de l'efficacité de ce déploiement. 

Echantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet les 3 et 4 octobre 2017.

Robin Verner