BFMTV

Réforme des retraites: le recadrage de Macron

INFO BFMTV - Le président de la République a peu apprécié que le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye prenne le contre-pied d'Edouard Philippe.

La fronde populaire n'est pas le seul obstacle sur le chemin de la réforme des retraites. Au sein même du gouvernement, des divergences existent sur la marche à suivre. Face à la levée de bouclier des syndicats, Edouard Philippe a assuré mercredi soir sur notre antenne être prêt à discuter assurant que tout était négociable.

Mais le principal intéressé Jean-Paul Delevoye, chargé de conduire la réforme, ne l'entend visiblement pas de cette oreille. Dans une interview au Parisien ce jeudi, le haut-commissaire aux retraites a refusé toute flexibilité notamment sur 'la clause du grand-père', avancée mercredi soir comme levier de négociation par le Premier ministre: "Si on fait la clause du grand-père (...) cela veut dire que l'on renonce à la réforme!", a lancé Jean-Paul Delevoye en réponse à Edouard Philippe.

La clause du grand-père s'est même invitée au conseil des ministres jeudi matin: "Je vous engage à ne pas expliquer maintenant ce qui serait une bonne réforme ou pas, indépendamment de ce qui aurait déjà été dit par le Premier ministre ou moi-même", a lancé selon nos informations Emmanuel Macron, sans jamais citer Jean-Paul Delevoye, par ailleurs absent de la réunion.

"Si tu veux donner l’impression que la réforme est faite contre les gens, tu fais ça"

Même son de cloche du côté d'Edouard Philippe dont l'entourage assure que le haut-commissaire aux retraites "braque" tout le monde. "Si tu veux donner l’impression que la réforme est faite contre les gens, tu fais ça", ajoute-t-on, rappelant que la ligne de l'exécutif "est celle énoncée par le Président et le Premier ministre". 

À l'issue du conseil des Ministres ce jeudi matin, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a tenté d'éteindre l'incendie tout en rappelant la ligne de conduite: "Il n’y a pas de divergence. Il n’y a qu’une seule ligne portée par le Premier ministre (...) Jean-Paul Delevoye a indiqué une préférence. Tout est sur la table et discutable", a-t-elle assurée lors d'un point presse.

La clause du grand-père, qui cristallise les tensions au sein du gouvernement, permettrait d'appliquer la retraite par points exclusivement aux nouveaux entrants sur le marché du travail dans certains régimes spéciaux.

Thomas Soulié, avec Guillaume Dussourt