BFMTV

Qui est Sylvie Goulard, brève ministre des Armées, proposée pour la Commission Européenne?

Sylvie Goulard le 7 septembre 2018 à Vienne, en Autriche

Sylvie Goulard le 7 septembre 2018 à Vienne, en Autriche - Herbert Neubauer - APA - AFP

Énarque, euro-députée, éphémère ministre et liée à une affaire d'emplois fictifs... Qui est Sylvie Goulard proposée pour représenter la France à la Commission Européenne?

Sylvie Goulard a été proposée mercredi pour représenter la France à la Commission européenne. Cette brève ministre des Armées (de mai à juin 2017) est une spécialiste de l'Europe qui a été à deux reprises députée européenne, mais elle reste liée à une affaire en cours sur des emplois fictifs présumés d'assistants d'eurodéputés MoDem.

Connue pour son carnet d'adresses européen bien fourni, cette ancienne enseignante au Collège d'Europe à Bruges (Belgique) parle couramment l'allemand, l'anglais et l'italien.

Longue expérience au Parlement européen

Énarque de 54 ans, Sylvie Goulard a été conseillère politique du président de la Commission européenne, l'Italien Romano Prodi, à Bruxelles. Puis elle a été députée au Parlement européen, élue sur la liste du MoDem en 2009 et 2014, où elle a notamment travaillé sur l'Union bancaire européenne. Elle n'est plus à ce jour membre du MoDem.

C'est une proche de l'ancien Premier ministre italien Mario Monti, avec qui elle a cosigné en 2012 un ouvrage plaidant notamment pour la renaissance d'une Europe politique, intitulé "De la démocratie en Europe".

Au Parlement européen, elle était l'une des membres les plus en vue du groupe libéral ALDE, l'ancêtre du groupe "Renaissance" dominé aujourd'hui par les eurodéputés de La République en marche. Elle avait tenté, en vain, de briguer en 2016 la présidence de l'hémicycle contre le patron du groupe centriste Guy Verhofstadt, en faisant alors valoir la nécessité d'une candidature féminine à ce poste-clé.

Un poste éphémère au gouvernement

Après avoir conseillé Emmanuel Macron sur les affaires européennes pendant la campagne présidentielle, elle avait été nommée ministre des Armées dans le premier gouvernement d'Édouard Philippe, en mai 2017, où elle s'était attelée au chantier de la défense européenne.

Un poste éphémère dont elle a dû démissionner un mois plus tard, dans le cadre de l'affaire d'emplois fictifs présumés des assistants des eurodéputés MoDem, en même temps que François Bayrou et Marielle de Sarnez. Une information judiciaire est toujours en cours dans cette affaire. Sylvie Goulard n'a jusqu'à présent pas été convoquée.

"Je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi", avait-elle alors expliqué. 

Sylvie Goulard avait ensuite été nommée à la direction de la Banque de France, pour occuper le poste de "sous-gouverneure" au sein de l'institution monétaire.

"Européenne convaincue"

L'Élysée l'a qualifiée "d'Européenne convaincue" dont "l'expérience et l'expertise sont reconnues à la fois en Europe et en France". Dans "un moment crucial pour l'Europe", Sylvie Goulard "a la capacité de jouer un rôle majeur au sein de la prochaine Commission". Cette Commission entrera en action le 1er novembre à Bruxelles sous la présidence de l'Allemande Ursula Von der Leyen.

La Commission européenne est constituée d'un commissaire par État membre, qui est en charge d'une question précise. Ursula Von der Leyen a débuté cette semaine les entretiens avec les candidats proposés par les 27 États. Paris a affiché sa préférence pour un portefeuille centré sur l'économie, le commerce ou l'environnement.

Salomé Vincendon avec AFP