BFMTV

Que pensez-vous de l'intervention de Sarkozy ?

-

- - -

« Affligeante » selon le PS, « réussie » pour l'UMP, l'intervention de Nicolas Sarkozy sur TF1 hier soir, ne laisse pas indifférent. Rassuré, déçu, sceptique ou convaincu... dites-nous ce que vous en pensez.

C'est finalement pendant près de deux heures, au lieu d'une, que Nicolas Sarkozy a échangé hier soir sur TF1 avec 11 Français choisis par la chaîne. Deux heures pendant lesquelles le Chef de l'Etat a souhaité se montrer rassurant, à deux mois des élections régionales, qui s'annoncent difficiles pour l'UMP. De l'affaire Proglio, à la question des retraites, en passant par le débat sur l'identité nationale ou encore le chômage... Dans le forum ci-dessous, dites-nous ce que vous pensez de l'intervention de Nicolas Sarkozy.

Proximité, modestie et promesses...

Nicolas Sarkozy à joué à fond la carte de la proximité... et de la modestie. Assis parmi Nathalie, Bac + 5 et chômeuse, Bernadette qui n'arrive pas à boucler les fins de mois alors qu'elle et son mari ont un emploi stable, ou encore Sophie, productrice de lait obligée d'emprunter pour se payer son salaire... le Chef de l'Etat a profité des questions et des interrogations du panel pour justifier son action à mi-mandat, et assurer que les réformes vont bien finir par porter leurs fruits : « Vous verrez le chômage commencer à reculer [...] et la consommation reprendre », a-t-il promis. Il a assuré aux uns et aux autres qu'il ne les laisserait pas tomber. Mais pas facile pour le Président du pouvoir d'achat de vendre son slogan "Travailler plus pour gagner plus", face à une femme dont l'employeur refuse les heures supplémentaires...

« J'espère qu'il tiendra ses promesses »

Ils étaient 11. Onze Français sélectionnés par la chaîne pour interroger hier soir le Président de la République. Nicolas Sarkozy a tenté de les rassurer en leur promettant une baisse du chômage « dans les mois à venir ». Il a assuré que la tendance continue à la dégradation de la situation de l'emploi allait « se retourner ». En sortant du plateau de l'émission, deux d'entre eux ont fait part de leur impression après cet échange avec le Chef de l'Etat.
Martine Millet, infirmière dans un service d'urgence à Argenteuil : « Un peu frustrant, parce qu'on ne peut pas parler de tout et en peu de temps, on a peu de réponses. C'est impressionnant, mais en fait on peut lui parler comme je vous parle à vous ; il nous a mis à l'aise. Mais, moi j'étais un peu frustrée quant à ma réponse, mais il m'a dit qu'il viendrait peut-être nous voir à l'hôpital, alors j'espère qu'il tiendra cette promesse. »

« C'est un comédien, tout le monde le sait »

Pierre Le Méhanès, syndicaliste CGT, ouvrier d'un sous-traitant de Renault en Bretagne, s'est montré très accrocheur avec le chef de l'Etat. A-t-il obtenu des réponses à ses questions ? « Pas du tout, mais je ne m'y attendais pas. Pour moi l'important c'était de passer le message. C'est un comédien, tout le monde le sait. A partir de là, c'est la Commedia dell'arte en permanence, que ce soit à TF1 ou ailleurs. J'ai mis en avant une réalité. Le Président de la République et le gouvernement actuel sont en décalage avec cette réalité. C'est vrai que c'est moins facile de répondre à un ouvrier lambda comme moi qu'aux journalistes par exemple, parce que nous, l'avantage qu'on a, c'est qu'on vit la réalité au quotidien. C'est ce que je voulais préciser et je pense qu'il en est conscient, sauf qu'il a essayé encore une fois de biaiser un certain nombre de questions précises auxquelles il n'a pas répondu. Mais on a l'habitude de ça, malheureusement. »

La rédaction, avec Annabel Roger et Aurélia Manoli