BFMTV

Quand Stéphane Bern et le rapporteur du budget s'écharpent sur la taxation du Loto du Patrimoine

Stpéhane Bern et Joël Giraud, député LaREM.

Stpéhane Bern et Joël Giraud, député LaREM. - AFP

Stéphane Bern et Joël Giraud se sont écorchés ce mardi dans un échange de mails piquants. L'animateur reproche à l'Assemblée nationale de vouloir "torpiller" ce jeu de loterie visant à restaurer le patrimoine français.

Le ton est monté ce mardi entre Stéphane Bern et Joël Giraud, député et rapporteur général du budget à l'Assemblée, autour du Loto du patrimoine piloté par l'animateur. Mardi matin dans un tweet, Stéphane Bern a accusé l'Assemblée nationale de vouloir "torpiller" ce jeu de sauvegarde du patrimoine en voulant rétablir la taxation que l'Etat prélève habituellement sur les jeux de loterie.

"Je me battrai pour sauver notre patrimoine en danger contre tous ces technocrates", a lancé Stéphane Bern, interpellant au passage le Premier ministre, le ministre de la Culture et le rapporteur général du budget, Joël Giraud, qui avait jugé "gênante" cette exonération totale de taxes, "une première pour un jeu de hasard".

Un loto pas censé "remplir les caisses de l'Etat"

Dans un même temps, l'animateur télé ne s'est donc pas privé d'adresser un mail particulièrement amer au député LaREM. "Vous n’avez donc pas pris en compte la juste colère des Français qui s’était exprimée lorsque le Ministre des Comptes Publics en avait annoncé le montant en octobre dernier..." apostrophe l'animateur dans son mail. 

"Vous prenez une lourde responsabilité en torpillant ce Loto du Patrimoine que j’ai initié avec l’appui du Chef de l’Etat", poursuit Stéphane Bern, visiblement furieux. "Vous imaginez bien que dans le climat actuel les Français ne participeront plus à ce Loto qui était censé sauver le patrimoine et non remplir les caisses de l’Etat".
"Pour ma part, prenant acte des multiples coups de sape contre mes efforts en faveur du patrimoine, il ne me reste plus qu’à renoncer à ma mission présidentielle" clôture-t-il. 

Rafale d'attaques 

"Je goûte peu les messages nominatifs que vous avez cru devoir envoyer sur les réseaux sociaux me concernant", lui répond alors le rapporteur Joël Giraud, dans un mail à la tonalité tout aussi acerbe, avant de lui lancer une phrase assassine: "J'ose vous rappeler l'excellente phrase de feu Umberto Eco qui rappelait que 'les réseaux sociaux ont donné la parole à des milliers d'imbéciles qui, auparavant, ne parlaient qu'au bar et ne causaient aucun tort à la société". 

Dans sa réponse, Joël Giraud explique encore que "l'exonération des contributions et prélèvements prévus par la loi (...) risquerait de menacer le financement de la mesure promise par le gouvernement de débloquer 21 millions supplémentaires en faveur du patrimoine. Cet article a donc été rejeté par les Commissaires aux finances de l’Assemblée nationale." Il ajoute: "De fait, plutôt qu’une exonération de taxes, il conviendrait de vérifier auprès du gouvernement les modalités de dégel de ces crédits."

Ce mardi au Sénat, le ministre de la Culture Franck Riester a confirmé la taxation de la loterie à hauteur de 14 millions d'euros, car la taxation des jeux de loterie "est la règle". Le gouvernement avait pourtant acté dans un premier temps l'exonération de TVA, CSG et CRDS les sommes misées à l'occasion du Loto du patrimoine, 

Il précise néanmoins que le vote de l'Assemblée nationale "ne remet absolument pas en cause les 21 millions d'euros" investis par l'Etat. 

L'opération "Loto du patrimoine" vise à financer la rénovation de monuments en France à travers un jeu de grattage et un loto. L'annonce que l'Etat prélèverait 14 millions de taxes sur les 200 millions de recettes escomptées (l'essentiel allant aux gagnants et 20 millions à la Fondation du patrimoine) avait provoqué un début de polémique. Pour l'éteindre, le gouvernement avait décidé de débloquer 21 millions supplémentaires en faveur du patrimoine. 

Jeanne Bulant