BFMTV

Primaire UMP: le candidat Bournazel demande la suspension du vote

Pierre-Yves Bournazel, 35 ans, est considéré comme le principal challenger de NKM dans la course à la primaire UMP pour les municipales à Paris.

Pierre-Yves Bournazel, 35 ans, est considéré comme le principal challenger de NKM dans la course à la primaire UMP pour les municipales à Paris. - -

Pierre-Yves Bournazel, l'un des quatre candidats à la primaire UMP pour les municipales de 2014 à Paris, a demandé la suspension du scrutin qui a démarré vendredi, invoquant des « défaillances ». Pas question, a aussitôt répondu Antoine Rufenacht, le superviseur du vote.

Pierre-Yves Bournazel, l'un des quatre candidats à la primaire UMP pour les municipales de 2014 à Paris, a demandé la suspension du scrutin qui a démarré vendredi, invoquant un « système incontestablement défaillant ».
« Des centaines de Parisiens viennent de le constater en quelques heures, soit parce qu'ils n'ont pu s'inscrire pour voter, soit (...) parce qu'il a été possible d'inscrire plusieurs électeurs sans leur consentement », a lancé le candidat dans une déclaration lue à la presse devant l'Hôtel de Ville.

« Un vote publiquement ridiculisé »

Jugeant que « le système d'organisation des primaires est incontestablement défaillant », Pierre-Yves Bournazel estime qu'il « convient donc de suspendre le processus d'un vote publiquement ridiculisé et ce dans l'intérêt général des Parisiens, de l'UMP, et des candidats ».
Les électeurs, qu'ils soient ou non encartés à l'UMP, ont jusqu'à lundi 18h pour s'inscrire sur le site internet de la primaire, et jusqu'à lundi 19h pour voter, par voie électronique uniquement. Ils doivent ainsi départager quatre candidats, parmi lesquels l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui fait figure de favorite, Pierre-Yves Bournazel apparaissant comme son rival le mieux placé.

Suspension ? Pas question !

La réponse du superviseur du vote n'a pas tardé : « Hors de question de suspendre le scrutin », a tonné Antoine Rufenacht, le président du Conseil supérieur de la primaire UMP à Paris, Antoine Rufenacht. Et « ni pour l'instant, ni plus tard. Le vote [par internet] se terminera lundi 3 juin à 19h » comme prévu, a ajouté l'ancien maire UMP du Havre. A ses yeux, et au contraire des accusation de Pierre-Yves Bournazel, « le fonctionnement est plutôt satisfaisant. Les gens votent, les choses se passent de manière naturelle, à part le 'buzz' que certains essaient de provoquer ».

De son côté, le candidat Jean-François Legaret a demandé vendredi une réunion d' « urgence » entre les candidats et le superviseur du scrutin sur ces « dysfonctionnements ». « Je demande une réunion d'urgence du conseil supérieur des primaires, avec les (quatre) candidats (...) Il est difficile de voter, il est difficile de s'inscrire. Les modalités de vote sont longues et complexes », a déploré celui qui est aussi maire du 1er arrondissement de Paris.
Le candidat Franck Margain, du Parti chrétien-démocrate (PCD) de Christine Boutin, a demandé quant à lui de « calmer le jeu ». Rappelant la bataille acharnée entre Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l'UMP cet automne, il a estimé qu' « il ne faut pas recommencer avec cette primaire ». Mais « s'il s'avère que le vote est complètement irrégulier, il faudra prendre les dispositions nécessaires », a toutefois précisé le conseiller régional.

La Rédaction avec AFP