BFMTV

Présidentielle: Marine Le Pen se présente comme la candidate de la "grande alternance"

Après l'annonce de sa qualification pour le second tour de l'élection présidentielle, la candidate du Front national a remercié ses électeurs et soutenu que sa candidature était celle de "l'alternance", notamment contre la "mondialisation" qui menace la "civilisation" française.

"Il est temps de libérer tous les Français!" Lors de son discours ce dimanche, peu après l'annonce de sa qualification au second tour, Marine Le Pen s'est présentée comme la candidate de la "grande alternance". 

"Ce n'est pas avec l'hériter de François Hollande que cette alternance tant attendue viendra" a-t-elle fait valoir devant ses partisans réunis dans un gymnase à Hénin-Beaumont

Le choix d'une France qui "protège son identité"

Selon la candidate, sa qualification est une "opportunité historique" pour lutter contre la "mondialisation sauvage" qui met, selon elle, en danger la "civilisation française". Elle a donc appelé les électeurs à faire le choix d'une "France qui protège" son "identité" et ses "frontières". 

"Je lance un appel à tous les patriotes à me rejoindre, il en va de l'intérêt supérieur du pays" et de la "survie de la France" a conclut la candidate. 

"Marine! Marine! Marine!" Peu après les premières estimations donnant Marine Le Pen qualifiée pour le second tour de l'élection présidentielle, ses militants ont explosé de joie à Hénin-Beaumont. "On va gagner, on va gagner" se sont-ils écriés. Emmanuel Macron, qui obtient 24% des voix, devant la candidate, donnée à 21,8% selon les estimations à 21 heures, a lui été hué lorsque son portrait est apparu sur les écrans géants. 

Les ralliements autour de Macron? Une "partouze électorale"

Alors que plusieurs candidats, de gauche comme de droite, ont déjà appelé à voter pour le candidat d'"En Marche!", Gilbert Collard, député FN, a dénoncé sur BFMTV une "partouze électorale", où les "vieux de la vieille" de la politique se retrouvent. Mais, il assure qu'une victoire de Marine Le Pen est encore possible face au "chouchou médiatique" qu'est, selon lui, Emmanuel Macron. 

"Je ne crois pas que les électeurs de Mélenchon vont voter pour ceux qui ont fait la loi El Khomri", a-t-il également fait valoir. "Macron est un pur produit de la télé-réalité, mais [...] vous verrez que le second tour fera tomber le lifting médiatique qui [lui] a été fait" a-t-il ajouté. 

L'appel de Florian Philippot aux électeurs de droite 

Peu après l'annonce des résultats, Florian Philippot a appelé dimanche "tous les électeurs, y compris ceux de Fillon" à voter pour Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. 

"Je lance un appel à tous les électeurs, et y compris bien sûr les électeurs qui ont fait le choix de François Fillon, et qui ont pu avoir le sentiment qu'au premier tour on leur a un peu volé leur élection", a déclaré le député européen sur France 2, estimant que la candidate du FN avait réussi à imposer "le patriotisme à tous les niveaux". 

"Nous tendrons la main aux patriotes", a-t-il poursuivi, évoquant notamment le "chef de parti" Nicolas Dupont-Aignan, le candidat Debout la France crédité d'environ 5%, qui "a fait la même campagne que (Marine Le Pen) au premier tour".

"Macron est, depuis le premier jour, le candidat de François Hollande. Les Français ne voudront pas repartir pour cinq ans de plus", a encore dit Florian Philippot.

"Une grande victoire idéologique"

De son côté, la nièce de la candidate, Marion Maréchal-Le Pen a salué une "victoire historique pour les patriotes et les souverainistes". Elle s'est également dite satisfaite de ce "clivage clair" entre la candidate du Front national et le candidat d'"En Marche!".

"Cela fait 15 ans qu'il n'y avait pas eu de candidat souverainiste qui soit parvenu au deuxième tour", a rappelé la députée FN du Vaucluse, évoquant "une grande victoire idéologique".

M.P avec AFP