BFMTV

Pour Jean-Marie Le Pen, "l'incendie de Notre-Dame est un incendie criminel"

Le feu "n'a pu venir inopinément comme cela sur des troncs, sur des poutres qui font un mètre carré de section et qui ont 700 ans", a assuré l'ex-chef du Front National, aujourd'hui devenu Rassemblement National.

"L'incendie de Notre-Dame est un incendie criminel". Tradition oblige, ce 1er mai, Jean-Marie Le Pen s'est rendu sous la statue de Jeanne d'Arc (1er arrondissement de Paris), pour y déposer une gerbe de fleur. Il a accompagné sa venue d'un discours pour les quelques fidèles qui étaient au rendez-vous, dans lequel il est revenu sur l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

"L'incendie de Notre-Dame est un incendie criminel", a lancé l'ancien chef du Front National, aujourd'hui devenu Rassemblement National. Il ajoute ensuite que le feu "n'a pu venir inopinément comme cela sur des troncs, sur des poutres qui font un mètre carré de section et qui ont 700 ans".

Pour Jean-Marie Le Pen, l'incendie est "probablement le fait d'un service". Il s'agirait d'un acte criminel à plusieurs pour lui, "car le matériel mis en oeuvre et la diffusion de la flamme ont nécessité une organisation qui dépasse sans doute celle de l'initiative personnelle".

La piste accidentelle privilégiée par les enquêteurs

Deux semaines après l'impressionnant incendie qui a touché la cathédrale parisienne, une enquête est toujours en cours pour déterminer les causes de départ du feu. Mais c'est l'hypothèse de l'erreur humaine qui est pour le moment privilégiée. "Aucun élément", n'indique une origine criminelle, avait confirmé, Laurent Nunez, secrétaire d'État au ministre de l'Intérieur sur BFMTV le 23 avril.

Le leader du parti Debout La France, Nicolas Dupont Aignan avait lui aussi soulevé la possibilité d'un acte criminel volontaire: "Est-ce que c'est un accident? Est-ce que c'est un attentat?", avait-il lancé, le soir de l'incendie.

Salomé Vincendon