BFMTV

Philippot sur RMC : «Mélenchon a récupéré la mort de Clément, ça sent le vautour à plein nez»

Pour Florian Philippot, Jean-Luc Mélenchon a« voulu faire son beurre sur ce drame »

Pour Florian Philippot, Jean-Luc Mélenchon a« voulu faire son beurre sur ce drame » - -

Invité sur RMC ce vendredi matin Florian Philippot, vice-président du Front national s’est défendu de tous liens avec les suspects présumés dans la mort de Clément Méric mercredi à Paris. Le frontiste a par ailleurs fustigé la tentative de récupération du drame tant par la gauche que par la droite.

Deux jours après le drame, les réactions politiques à l’agression de Clément Méric, jeune militant antifasciste près de la gare Saint Lazare à Paris par des membres d’un groupuscule d’extrême droite, sont nombreuses. Ce vendredi sur RMC, Florian Phlippot du Front national accuse ouvertement la gauche comme la droite de récupération. « Derrière ce drame épouvantable, après une journée de barnum, le FN est le seul parti à réagir de manière digne. Il faut attendre les conclusions de l'enquête. Beaucoup à droite et à gauche ont surfé sur ce drame. Je ne pense pas que la famille de Clément ait apprécié. Jean-Luc Mélenchon a récupéré tout cela, son objectif était de faire son beurre électoral. Ça sentait le vautour à plein nez. Clément n'aimait pas le Front de Gauche. D'ailleurs ils ont été mal reçus hier lors de l'hommage à Clément ».

« Notre pays a besoin d’unité »

Interrogé sur les liens probables entre le climat créé par la manif pour tous, Florian Philippot s’est refusé à établir des liens entre les deux évènements. « Je ne ferai pas de lien entre une bagarre qui a dégénéré et des millions de Français qui ont défendu des valeurs. Notre pays a besoin d'unité. On a divisé alors que la société en période de crise aurait dû être unifiée. Des groupuscules extrémistes de droite et de gauche, il y en aura toujours. Plus les idées entre les partis sont proches, plus les combats des mots et des petits chefs prennent le dessus ».

« Le JNR, j’en ai entendu parler hier »

Face aux invectives de la gauche accusant le FN de soutenir les groupuscules d’extrême droite, Florian Philippot a vivement réagi, n’excluant pas leur dissolution. Mais Florian Philippot a surtout insisté sur le fait qu’il ne connaissait pas les Jeunesses nationalistes révolutionnaires, le mouvement fondé par Serge Ayoub auxquels les agresseurs de Clément Méric appartiendraient. « Je ne connaissais pas ce groupe les JNR, j'en ai entendu parler hier. Notre mouvement à nous compte des millions de sympathisants. Au FN, nous ne sommes pas d'extrême droite. Nous sommes loin des extrêmes, nous sommes un parti patriote et populaire. Quand on nous compare à ces fous furieux, c'est qu'on fait du militantisme. Nous sommes le seul mouvement qui défend réellement les idées patriotiques ».

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin